Congo-Brazzaville: Vie de club - FC Renaissance du Congo dans la tourmente

Le nom de Jean-Max Mayaka est devenu viral dans le milieu des supporters du FC Renaissance du Congo, alors que le président de ce club, Pascal Mukuna, croupit en prison, en attendant l'issue de son procès pour une affaire de viol.

Le FC Renaissance du Congo de Kinshasa traverse de moments critiques. L'incarcération de son président du club Pascal Mukuna, pour une affaire de viol, a engendré une situation difficile. L'on apprend que certaines figures notables du club penseraient déjà à la gestion quotidienne du club sans le mentor de cette équipe née d'une scission d'avec le Daring Club Motema Pembe (DCMP) en 2014. Aussi assiste-t-on à des conflits entre les comités des supporters. Et le nom de l'ancien dirigeant du DCMP, fondateur du club FC Orange et cofondateur du club, Jean-Max Mayaka est amplement cité, lui qui a entrepris des demarches dans le sens de sauver la maison Renaissance après les déboires judiciaires de son président.

Reçu par un groupe des supporters conduits par Neri Gelezi qui voudraient le voir prendre la direction du club, Jean-Max Mayaka a déclaré le 2 août : « Vue ma situation professionnelle, mon combat n'est pas celui de postuler à aucun poste pour diriger le FC Renaissance mais apporter ma pierre à l'édifice. Nous constatons que notre club est en train de sombrer. Étant un cofondateur, j'ai voulu mobiliser et voir à quel niveau intervenir ».

Bien avant, il a eu un entretien avec le président de la Fédération congolaise de football association (Fécofa), Constant Omari Selemani. Et ce dernier l'a exhorté de rencontrer le président Pascal Mukuna detenu à la Prison centrale de Makala à Kinshasa en attendant l'issue de son procès. « Nous sommes des Bantous. Lorsque vous prenez des initiatives pendant que l'autre est dans la situation malheureuse peut ne pas mettre tout le monde d'accord. C'est pour cela que je vous invite à rencontrer l'évêque Pascal Mukuna et de discuter avec lui. A ce moment-là, si la grande commission convoque les assises avec son accord, vous pouvez siéger valablement car l'évêque Mukuna est encore président de cette formation sportive », a conseillé le président de la Fécofa, le 31 juillet dernier, au siège de cette instance faîtière du football congolais.

Mais le président national des supporters du FC Renaissance du Congo, Willy Kindembe, est farouchement opposé à l'idée de voir Jean-Max Mayaka succéder à l'évêque Pascal Mukuna et diriger un comité de direction provisoire. Et il a abondé dans le sens du président de la Fécofa. « En tant que cofondateur de Renaissance, le président Max connaît la maison. Il est question qu'il emprunte la voie légale en rencontrant les dirigeants de l'équipe pour dialoguer et harmoniser les vues au lieu de machiner des projets machiavéliques et manipuler quelques supporters pour renforcer la crise », a-t-il fait remarquer. Aussi a-t-il annoncé la convocation dans un avenir proche d'une réunion élargie à tous les supporters de Renaissance dans le cadre de la recherche de la cohésion au sein du club.

Notons que le FC Renaissance du Congo a revu à la hausse ses ambitions à la 26e édition du championnat de la Ligue nationale de football dont le coup d'envoi est prévu pour le 19 septembre dans les stades, afin de protéger les sportifs contre la covid-19. Renaissance du Congo vise une place qualificative pour l'une de deux compétitions africaines interclubs, à savoir la Ligue des champions et la Coupe de la Confédération.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.