Congo-Kinshasa: Covid-19 à Tshangu - Le spectre d'une nouvelle vague plane sur Kinshasa

Avec la levée de l'état d'urgence sanitaire décidée par le chef de l'État depuis le 21 juillet dernier, il y a de quoi redouter une nouvelle vague de contaminations dans la ville de Kinshasa, notamment, tant les habitudes des Kinois n'ont pas vraiment changé.

Si, avec la crainte du gendarme, tous les Kinois, du moins presque, ne sortent pas leurs domiciles sans mettre les masques, mais la distanciation physique n'est pas toujours respectée, notamment dans les transports en commun et autres lieux publics.

Un tour vers les banques commerciales qui servent de guichets de paiement des salaires des agents et fonctionnaires de l'État permet de mesurer l'étendue du risque auquel s'exposent les Kinois. On s'agglutine, en grappes dans la file, sans précaution hygiénique. Le seul souci qui habite le fonctionnaire, c'est d'empocher son salaire. Pour le reste, c'est au Dieu protecteur de s'en occuper.

Et dans les transports en commun, le spectacle est le même. Si les passagers, au nombre de quatre par banquette d'un taxi-bus et trois sur le siège d'un taxi, s'affublent d'un masque ; le convoyeur, lui, est un homme à part. Il est debout, généralement sans masque, il crie à tue-tête. Imaginez la quantité de gouttelettes de sa salive qui se propagent dans les airs.

Et là où la situation de l'épidémiologique de la ville doit inciter à plus de vigilance, c'est l'Institut de recherche biomédicale (INRB) annonce, par son bulletin quotidien que la Covid-19 a atteint le district de la Tshangu. On s'en inquiète parce que tous les ingrédients semblent réunir pour qu'on vive une deuxième vague de la pandémie Covid-19 dans la ville de Kinshasa. Aujourd'hui, l'équipe de la riposte est presque satisfaite d'avoir su contenir la pandémie de la capitale, au regard du nombre de contamination par jour qui a fortement baissé. On se félicite d'avoir dépassé le pic de la maladie. Mais le cas Tshangu appelle à être encore plus vigilant, au regard des conditions de vie dans ces communes.

9 178 cas positifs et 7 727 guéris

Entretemps, le Bulletin n°133 du lundi 3 août 2020 du Secrétariat technique du Comité multisectoriel de la riposte à la pandémie de Covid-19 fait mention de 9.178 cas, dont 9.177 cas confirmés et 1 cas probable. Au total, il y a eu 215 décès (214 cas confirmés et 1 cas probable) et 7.727 personnes guéries ; 52 cas suspects détectés après investigations ; 45 nouveaux cas confirmés, dont 34 à Kinshasa, 6 au Sud-Kivu, 3 au Nord-Kivu, 1 en Ituri et 1 au Kwilu ; 431 échantillons testés. Aucun nouveau décès n'a été enregistré parmi les cas confirmés ; 303 nouvelles personnes sorties guéries des CTCo et des patients suivis à domicile, dont 256 à Kinshasa et 47 dans les autres provinces.

Dans les 17 provinces touchées, la situation épidémiologique est la suivante : Kinshasa (7.638 cas) ; Kongo Central (404 cas) ; Nord-Kivu (313 cas) ; Haut-Katanga (304 cas); Sud-Kivu (295 cas) ; Lualaba (88 cas) ; Ituri (63 cas) ; Haut-Uélé (26 cas) ; Tshopo (25 cas) ; Kwilu (6 cas); Equateur (5 cas); Sud-Ubangi (5 cas) ; Haut-Lomami (1 cas) : Kasaï (1 cas) ; Kasaï Central (1 cas) ; Kwango (1 cas) et Nord-Ubangi (1 cas).

Les zones de santé touchées de la vile de Kinshasa jusqu'au 2 août 2020 sont les suivantes : Limete (669 cas) ; Gombe (666 cas) ; Kokolo (640 cas) ; Binza-Ozone (591 cas) ; Lemba (473 cas) ; Binza-Météo (452 cas) ; Kasa-Vubu (256 cas) ; Mont-Ngafula I (236 cas) ; Kintambo (230 cas) ; Lingwala (212 cas) ; Masina I (93 cas) ; Kingabwa (91 cas) ; Mont-Ngafula II (56 cas) ; Bumbu(48 cas) ; Masina II (30 cas) ; Makala (27 cas) ; Kisenso (24 cas) ; Biyela (11 cas) ; Kikimi (11 cas) ; Kingasani (7 cas) et Maluku I (3 cas).

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.