Afrique: António Guterres - "La pandémie a bouleversé l'éducation"

Dakar — Le secrétaire général des Nations unies a décrit mardi un tableau sombre de l'éducation dans le monde, qui est "bouleversé" par la pandémie de coronavirus.

"La pandémie de Covid-19 a bouleversé l'éducation comme jamais auparavant", a déclaré António Guterres au lancement de la note de synthèse consacrée à ce secteur et au Covid-19.

Selon le chef des Nations unies, "à la mi-juillet, plus d'un milliard d'élèves avaient été touchés par la fermeture des écoles dans plus de 160 pays".

"A travers le monde, 40 millions d'enfants d'âge préscolaire n'ont pu bénéficier d'une première année d'éducation pourtant si importante. Les parents, et notamment les femmes, ont dû assumer le lourd fardeau d'avoir à s'occuper des enfants à domicile."

Selon M. Guterres, en dépit de la poursuite de l'enseignement à distance par radio, par télévision ou en ligne, et malgré la mobilisation des enseignants et des parents, "beaucoup d'élèves n'étaient pas connectés".

"Les apprenants handicapés, les membres de minorités ou de groupes défavorisés, les déplacés ou réfugiés ou ceux encore vivant dans des zones reculées courent le plus grand risque d'être laissés-pour-compte", a-t-il averti.

"Même ceux qui ont accès au télé-enseignement ne sont pas certains de réussir, du fait de leurs conditions de vie et notamment de la répartition équitable des tâches ménagères", a-t-il ajouté.

Selon António Guterres, l'avenir s'était assombri avant même la pandémie de Covid-19, car "la crise de l'apprentissage nous menaçait déjà".

Il a rappelé que "plus de 250 millions d'enfants en âge d'aller à l'école n'étaient pas scolarisés".

"Dans les pays en développement, poursuit-il, seul un quart des élèves sortait de l'école secondaire en ayant acquis des compétences de base."

António Guterres estime que le monde est désormais confronté à "une catastrophe qui touche toute une génération et risque d'empêcher l'humanité d'exploiter un énorme potentiel, de compromettre des décennies de progrès et d'aggraver encore des inégalités tenaces".

"Les répercussions de cette crise sur la nutrition des enfants, le mariage d'enfants et l'égalité des genres, entre autres, sont très inquiétantes", a-t-il prévenu.

António Guterres explique que "c'est dans ce contexte que s'inscrivent la note de synthèse" qu'il a lancée ce mardi et la nouvelle campagne "Sauvons notre avenir", une initiative prise avec des partenaires dans le domaine de l'éducation et des organismes des Nations unies.

"Nous sommes à un tournant décisif pour les enfants et les jeunes du monde entier. Les décisions que les gouvernements et leurs partenaires prennent aujourd'hui auront des effets durables sur des centaines de millions de jeunes et influenceront les perspectives de développement des pays pendant des décennies", a-t-il souligné.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.