Congo-Kinshasa: Kongo Central - L'insécurité à Seke-Banza à l'ordre du jour au ministère des Relations avec le Parlement

L'insécurité à Seke-Banza a été au centre des échanges entre une délégation des notables de ce territoire et le ministre des Relations avec le Parlement, Deo Nkusu, lundi 3 août à Kinshasa.

Selon le député national Nzuzi Nzuzi Khumbi, chef de la délégation, Seke-Banza évolue dans un climat d'insécurité, par les temps qui courent.

Intervenant sur la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC), cet élu du peuple a fait savoir que cette résurgence d'insécurité est l'œuvre des jeunes gens désœuvrés qui se livrent à des actes de barbarie dans ce territoire situé à environ 110 km de la ville de Matadi, chef-lieu du Kongo Central.

Il attend donc voir les autorités compétentes mettre les bouchées doubles pour mettre hors d'état de nuire ces inciviques qui troublent la quiétude des paisibles citoyens de cette partie de la République.

À tout prendre, plusieurs zones de la province du Kongo Central sont, depuis peu, en proie à l'insécurité.

En juin dernier, le président de l'assemblée provinciale du Kongo Central Pierre-Anatole Matusila avait dit se sentir en insécurité dans la ville de Matadi. Il accusait un groupe d'inciviques qui voulaient attenter à sa vie et s'attaquer à son domicile.

Les habitants de Kimpese étaient descendus dans la rue en janvier dernier pour manifester leur colère contre l'insécurité grandissante dans leur cité.

D'après les manifestants, il ne s'est passé pas une nuit sans qu'il y ait des cas d'assassinat, viols, vols à main armée et activité des coupeurs des routes. Depuis le vote de la déchéance du gouverneur Atou Matubuana par un groupe de députés provinciaux en décembre 2019, démarche boudée par d'autres élus de la même assemblée, les deux institutions du Kongo Central se regardent en chiens de faïence. Une situation qui est non seulement à la base de l'animosité qui envahit des jeunes qui se livrent à des actes répréhensibles, mais aussi et surtout à la montée de tensions observée ces derniers jours dans cette province.

Il revient donc aux autorités compétentes tant nationales que provinciales ainsi qu'aux notables Ne Kongo, de prendre cette situation à bras-le-corps afin d'éviter que le pire n'arrive.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.