Congo-Kinshasa: Marche du 19 juillet - L'UDPS inhume les « martyrs » ce mercredi à Kinshasa et Lubumbashi

L'inhumation des victimes de la répression de la marche du 9 juillet intervient ce mercredi 5 août à Kinshasa et Lubumbashi. Pour la circonstance, des cérémonies seront organisées afin de saluer la mémoire des compatriotes qui ont perdu leur vie pour s'opposer à l'entérinement de Ronsard Malonda à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Dans un communiqué de presse daté du 3 août, dont une copie est parvenue à la rédaction du journal Le Potentiel, la présidence de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) informe le public en général ainsi que les membres du parti en particulier que l'inhumation des victimes de la « répression injustifiée » de la marche pacifique du 9 juillet dernier aura lieu ce mercredi 5 août à 11 h 00 (heures de Kinshasa) à la fois à Kinshasa et à Lubumbashi.

Le parti présidentiel, note-t-on, rappelle que lors de cette manifestation citoyenne, elle a enregistré la mort de deux membres à Kinshasa et de cinq autres à Lubumbashi.

Selon le communiqué signé par Simon Kalenga, porte-parole de l'UDPS, les lieux de rassemblement pour les cortèges funèbres sont les suivants : - Hôpital Bondeko à Kinshasa et les hôpitaux Sendwe et Gecamines Sud à Lubumbashi.

« Les combattantes et combattants sont appelés à accompagner avec honneur ces martyrs qui ont versé leur sang pour la démocratie et l'État de droit », conclut le communiqué du parti dirigé par Jean-Marc Kabund.

Le bilan officiel de cette marche pacifique faisait état de 2 morts parmi les manifestants, 12 civils et 20 agents de l'ordre blessés, dont 2 grièvement.

Par ailleurs, des jumeaux kasaïens, sympathisants de l'UDPS, ont été brûlés vifs à Kinzau-Mvuete. Cet acte de la xénophobie a été posé le jeudi 30 juillet dernier dans cette cité située à quelques km de la ville de Matadi, chef-lieu du Kongo Central. De différentes sources renseignent qu'il s'agit de deux frères de la tribu luba, jumeaux de surcroît, qui ont été assassinés dans cette cité réputée comme l'un des bastions d'un certain mouvement politico-religieux qui prône l'idéologie de la chasse aux non-originaires.

Surnommés « Noirs jumeaux », les victimes Max Nsenga Ntumba et Perse Muamba Ntumba sont des anciens étudiants de l'Institut national des arts (INA).

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.