Congo-Kinshasa: Assemblée Nationale - Les Députés FCC s'opposent à tout dialogue national visant le processus électoral

C'est une sortie médiatique costaud qui s'inscrit dans la même ligne droite que la déclaration faite récemment par la plateforme politique du Front Commun pour le Congo. Oui, en effet, après s'être réunis pendant deux jours consécutifs, les présidents des groupes parlementaires du Front Commun pour le Congo (FCC), à travers une déclaration politique prononcée hier, mardi 4 août 2020, ont exprimé leur position vis-à-vis des questions d'actualité d'intérêt national.

Ces élus pro Kabila qui représentent plus de 70 % des Députés nationaux, se sont opposés farouchement à toute démarche visant la tenue d'un dialogue national sur des questions essentiellement électorales. Ils estiment que ces préoccupations doivent trouver des solutions au sein des institutions de la République dont le parlement lors de la prochaine session.

Les présidents des groupes parlementaires du FCC s'opposent aussi à toute idée de glissement du calendrier électoral qui viserait à éviter les joutes électorales de 2023. Ils ont condamné, avec la plus grande fermeté, les crimes "crapuleux" perpétrés récemment à Kipupu dans le territoire de Mwenga et à Sange dans le territoire d'Uvira dans la province du Sud Kivu, à Djugu dans la province de l'Ituri. Ils demandent avec insistance au gouvernement de diligenter des enquêtes en vue d'établir les responsabilités et de subvenir aux besoins de la population en détresse. «Nous dénonçons et condamnons la démarche malicieuse orchestrée par certains acteurs politiques et de la Société civile sous l'influence de certaines officines extérieures que nous connaissons tendant à déstabiliser la République sous couvert de l'organisation d'un prétendu dialogue national autour de la matière électorale qui relèvent pourtant de la compétence des Institutions légalement établies», renseigne Didier Manara qui faisait la lecture au nom des présidents des groupes parlementaires.

Dans leur déclaration politique, les présidents des groupes parlementaires du FCC appellent le bureau de la Chambre basse du parlement à poursuivre sa mission de facilitation auprès des parties prenantes devant désigner leurs membres à la Commission électorale nationale et indépendante afin qu'à la prochaine session, l'Assemblée nationale procède à l'entérinement de nouveaux membres.

Toujours est-il que les présidents des groupes parlementaires du FCC soutiennent la coalition CACH-FCC tout en exhortant le président de la République et le Chef de l'Etat à déployer tous les efforts possibles pour garantir au peuple congolais, la paix, l'unité et la concorde nationales.

Dans un communiqué du Front Commun pour le Congo (FCC) la conférence des présidents de cette plateforme politique avait lancé une mise en garde sévère sur toutes démarches hors cadre Institutionnel qui viseraient les réformes électorales. "Le FCC n'entend pas soutenir les initiatives qui pourraient avoir pour conséquences de retarder l'organisation des élections prévues en 2023", révélait la conférence des présidents du FCC.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.