Madagascar: Boeny - Les mesures sanitaires contestées

Les agriculteurs de la commune de Boanamary réclament que l'on mette à leur disposition un moyen de transport pour pouvoir vendre leurs produits.

Les mesures sanitaires imposées par le CRCO de Boeny depuis le 27 juillet, sont contestées. Notamment dans la commune rurale de Boanamary, district de Mahajanga 2, où les agriculteurs ont tiré, hier, la sonnette d'alarme pour alerter les autorités face à leur problème de transport, au croisement du cimetière à Boanamary, sur la RN 4. « Depuis vendredi, les bus sont supprimés. Nous demandons à ce qu'un bus soit mis à notre disposition car nous ne pouvons aller à Mahajanga, à 8 km d'Ankorefo et de Maromandia, pour écouler nos fruits et légumes avant qu'ils ne pourrissent », insiste leur porte-parole.

« Un enfant de 2 ans et demi a succombé à sa maladie samedi, faute de transport pour rejoindre l'hôpital. Une femme enceinte a aussi accouché sur la route nationale hier matin », rapporte un porte-parole.

Depuis la semaine passé, le chef du district de Mahajanga 2 a donné l'ordre aux bus d'arrêter leurs activités. Le député Léon Rasalama, élu dans le district de Mahajanga 2, a mis à la disposition des neuf communes du district de Mahajanga 2, deux véhicules pour le transport des malades à l'hôpital depuis lundi. L'un est placé à Belobaka pour les communes de Betsako, Ambalakida, Boanamary et Marerarano, et l'autre est réservé aux habitants des autres communes dont Amparehimahitsy. De plus, le député a aussi affecté une moto aux forces de l'ordre pour contrôler les navettes clandestines des taxis-brousse venant des autres régions. Tout ceci dans le but de réduire la propagation de la covid-19 à Mahajanga et de limiter la circulation des habitants.

Des vacanciers

Durant le long week-end à Mahajanga, depuis vendredi des vacanciers sont remarqués à Mahajanga. Dimanche, les statistiques ont affiché cinq voitures particulières contrôlées sur les quarante six véhicules venant de la capitale, dont seize camions, un camion-citerne et vingt quatre fourgons. Ceux-ci ne doivent transporter que deux passagers avec le conducteur. Soit au total cent deux personnes contrôlées au barrage sanitaire de Belobaka.

Le préfet de Mahajanga, Lahanaina Fitiavana Ravelomahay, a également précisé que les camions et fourgons doivent être désinfectés toutes les soixante douze heures, face à la propagation de la pandémie à Mahajanga. « Les conducteurs doivent montrer leur carte de désinfection à chaque contrôle. Normalement ils devraient les faire tous les jours », conclut le président du CRCO de Boeny.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.