Madagascar: Impôt - Dernière ligne droite pour les contribuables

Il reste dix jours aux petites entreprises pour s'acquitter de leurs obligations fiscales. Elles espèrent un énième report des échéances.

Allègement des difficultés. C'est en ce sens que le délai de paiement de l'impôt synthétique prévu habituellement à la fin du premier semestre de chaque année a été reporté jusqu'au 15 août. Tandis que la date limite de la déclaration fiscale est reportée au 15 septembre sur l'impôt sur les revenus, la TVA et l'impôt sur les revenus salariaux et assimilés.

Selon la direction générale des impôts, l'objectif de cette initiative réside surtout dans l'atténuation des effets néfastes de la crise sanitaire sur les entreprises. Une disposition qui a le mérite d'arranger les affaires des petites entreprises soumises à cette catégorie d'impôt en plus du fait que la DGI suspend les contrôles et le recouvrement forcé des impôts. Cependant, malgré ces mesures, un bon nombre de contribuables éprouvent des difficultés à s'acquitter de ces obligations fiscales.

« Habituellement, on effectue le paiement de ces impôts vers la fin du premier trimestre de chaque année pour pouvoir continuer à maintenir nos activités dans la régularité. La fermeture des frontières et des routes depuis le mois de mars a réduit à néant ces activités. Depuis le début du confinement, nous vivons au jour le jour en n'ayant aucun moins de nous acquitter de nos obligations fiscales » déplore un chauffeur guide aux abois qui a dû vendre une partie de sa flotte automobile pour se maintenir à flot.

Mesures exclusives

Lors de la présentation du Plan multisectoriel d'urgence (PMU), le premier ministre Christian Ntsay a annoncé le re¬port de l'échéance des obligations fiscales. L'Etat malgache a ainsi adopté des mesures d'allègement exclusivement pour le secteur du tourisme, spécifiquement pour l'hôtellerie, les agences de voyages, le transport aérien ainsi que les entreprises des zones franches industrielles, qui exercent des activités directement touchées par la crise sanitaire.

Ce plan prévoit la sus- pension du paiement des acomptes provisionnels pour les Impôts sur le revenu (IR), l'Impôt sur le revenu salarial (Irsa) et la TVA dans les secteurs susmentionnés. Les autres secteurs d'activité devront continuer à respecter leurs obligations de déclaration et de paiement définis par le code général des impôts.

« Le paiement des obligations fiscaux à l'instar des impôts synthétiques concerne l'année d'exercice écoulée en 2019 et non celle qui est en cours. De ce fait, ce paiement ne doit pas être impacté par les activités des contribuables durant cette année » expliquent les responsables de la direction générale des impôts. Une façon pour la DGI d'avancer que malgré la crise sanitaire qui prévaut présentement, les contribuables doivent avoir les moyens de s'acquitter de leurs obligations fiscales de l'année dernière. Année durant laquelle ils ont eu un taux d'activité notable.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.