Sénégal: Kaolack - Stagnation chronique des eaux pluviales dans le quartier de Sara Nimzatt

Très remontées contre le calvaire des eaux pluviales dans leur quartier, les populations de Sara Nimzatt Kaolack, un quartier situé sur la périphérie Nord Ouest de cette commune n'entendent plus se laisser faire.

Dans une forte mobilisation qu'elles ont tenu lundi dernier pour visiter les zones les plus touchées de leurs habitations, ces populations par la voix de leur porte-parole, Babacar Traoré alias «Silmakha Traoré» ont interdit dans leur quartier tout accès aux autorités municipales ou étatiques tant que la récurrente question d'inondations de leur périmètre habitable n'est pas solutionnée. Et ceci jusqu'à nouvel ordre.

En cas d'insistance, ces personnes pourraient faire l'objet d'une exclusion forcée et si elles résistent, elles seront traitées de manière violente sans aucune pitié, menace-t-il.

Pour les populations de Sara Nimzatt, cette mesure est la finalité d'une vieille revendication qui est brandie tous les ans en pareils moments de l'hivernage.

Mais qui, malheureusement, n'est jamais entendue par les autorités compétentes, lesquelles ont laissé ce problème d'assainissement entier, avec des ruelles de quartier impraticables, des routes bitumées entièrement dégradées en forme de champs de ruine, créant sur leurs surfaces une chaine de nids de poule capables de garder des marres d'eau pendant toute l'hivernage.

Aujourd'hui, les personnes de 3e âge sont dans l'obligation de parcourir quelques centaines de mètres pour regagner leurs logis parce que les véhicules qui les transportent du centre ville à cette partie de Kaolack ne sont plus en mesure d'aller jusqu'à l'intérieur du quartier à cause des eaux stagnantes qui les embourbent le plus souvent.

A cela s'ajoutent les nombreux cas de maladie provoqués par ces marres d'eau qui se manifestent chaque année dans ce quartier causant ainsi des centaines de victimes dans ce périmètre.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.