Guinée Bissau: Avis de tempête sur le football bissau-guinéen

L'équipe de la Guinée Bissau

Dakar — Le football bissau-guinéen, qui a pris part aux phases finales de la CAN en 2017 et 2019, risque d'entrer dans un cycle d'incertitudes après la suspension pour dix ans du président en exercice de sa fédération nationale, une situation aggravée par les divergences sur la date des prochaines élections.

Le président en exercice de la Fédération bissau-guinéenne de football (FGBF), Manuel Nascimento Lopez, candidat à un troisième mandat, a été suspendu de toute activité liée au football pendant dix ans, pour avoir "manqué à son devoir de protection de l'intégrité physique et morale d'autrui, en violation du code d'éthique de la Fifa", la Fédération internationale de football.

Cette décision lui a été notifiée par la Fifa, le 25 juillet dernier, à la veille de l'élection du président de la Fédération bissau-guinéenne. Une élection à laquelle il a pris part, briguant un troisième mandat.

Mardi, le comité exécutif de la FGBF a décidé de suspendre la commission électorale de l'instance dirigeante du football bissau-guinéen.

A la place de l'assemblée générale prévue le 8 août, le comité exécutif a préféré tenir une assemblée générale extraordinaire, le 7 novembre, une décision rejetée par les cinq candidats à la succession de Manuel Nascimento Lopez.

La Fifa reproche au dirigeant bissau-guinéen, qui a décidé de faire appel de sa suspension, "son implication et sa participation dans un fait de justice populaire à l'encontre d'un homme".

Une vidéo partagée en 2019 sur les réseaux sociaux mettait en scène Manuel Nascimento Lopez et d'autres personnes. On voyait dans la vidéo un homme présenté comme un voleur, attaché à des pneus, puis aspergé d'essence.

A l'époque, le dirigeant sportif avait assuré qu'il cherchait à immobiliser le présumé délinquant, afin de le protéger d'un lynchage en attendant l'arrivée de la police. Il avait accusé les auteurs de la vidéo de l'avoir diffusée pour ternir son image.

Sa version de l'incident ne semble pas avoir convaincu la Fifa dont la chambre de jugement "a établi dans sa décision que, sur la base des informations réunies - notamment le contenu de la vidéo -, M. Nascimento avait manqué à son devoir de protection de l'intégrité physique et morale de la victime".

La Fifa estime que Manuel Nascimento Lopez, qui est parlementaire dans son pays, avait enfreint l'article 23 de son code d'éthique portant sur la protection de l'intégrité physique et morale des personnes.

Le dirigeant sportif bissau-guinéen se voit donc interdit d'exercer toute activité (administrative, sportive, etc.) liée au football, au niveau national comme international, pour une durée de dix ans.

Cette sanction est assortie d'une amende de 100.000 francs suisses, environ 61 millions de francs CFA.

Sous la direction de Manuel Nascimento Lopez, la Fédération bissau-guinéenne de football a réussi à qualifier son équipe nationale, pour la première fois, à la CAN 2017, à celle de 2019 ensuite.

Pour les éliminatoires de la CAN 2022, les Djurtus de la Guinée-Bissau partagent la même poule avec les Lions du Sénégal. Ils ont entamé les éliminatoires avec une victoire contre l'Eswatini (3-0), avant de s'incliner lourdement (0-3) devant le Congo à Brazzaville.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.