Ile Maurice: Retour sur... l'explosion de Grand-Baie - Emmy Ng Yeung et Jean-François Lew Yee Teen unis dans la mort

La double déflagration meurtrière survenue au Liban le mardi 4 août 2020 fait surgir dans la mémoire des Mauriciens le pénible souvenir de l'explosion de Grand-Baie. Celle-ci eut lieu dans le village balnéaire du nord de Maurice dans la nuit du 24 au 25 juillet 2004. Elle a coûté la vie à deux jeunes innocents, Emmy Ng Yeung et Jean-François Lew Yee Teen.

Ils étaient jeunes, ils étaient amoureux, ils croquaient la vie à pleines dents. Jean-François Lew Yee Teen et Emmy Ng Yeung étaient fiancés et projetaient de se marier l'année suivante. Hélas le jeune homme âgé de 25 ans et la jeune fille de 24 ans périrent ensemble à la suite d'une explosion au complexe de Grand Bay Store. Ils furent ensevelis sous les décombres et succombèrent à de multiples fractures. Ils se trouvaient à la terrasse du resto-bar Maitai, là où l'explosion fut la plus violente.

Jean-François Lew Yee Teen était un ex-élève du collège du Saint-Esprit à Quatre-Bornes tandis qu'Emmy Ng Yeung était une ancienne du collège BPS de Beau-Bassin. La jeune fille, qui aimait le badminton et la natation, travaillait comme comptable au Super U de Grand-Baie et en parallèle suivait des études dans cette filière (ACCA). Son fiancé, quant à lui, travaillait avec son père, propriétaire d'un magasin d'électroménager, tout en suivant des cours de gestion. Il avait aussi fait un stage de trois mois au Super U.

Comme tout jeune, les deux tourtereaux aimaient sortir entre amis. Du reste, lors de ce jour fatidique, ils avaient prévu d'aller danser avec des amis dans une discothèque du Nord. Mais vers 1 h 45 du matin en ce dimanche 25 juillet, une violente explosion se produisit et souffla, en même temps que le bâtiment, leurs pauvres vies...

Le jeudi 29 juillet eurent lieu leurs funérailles. Le cortège funèbre quitta le Kit Lok pour la cathédrale St Louis. À la suite des Lew Yee Teen, des Ng Yeung, des proches et des amis, se trouvèrent de nombreuses personnes venues témoigner de leur sympathie face à ce drame qui émut l'île Maurice entière. Parmi elles, les employés de l'hypermarché Super U qui baissa ses rideaux métalliques à 11 heures pour leur permettre d'assister aux funérailles. Lors du passage du convoi, les marchands de la rue SSR firent silence. Les employés de bureau qui arpentèrent les rues de la capitale s'arrêtèrent et regardèrent passer la procession d'un œil compatissant.

Le convoi arriva à la cathédrale. On y trouva entre autres le leader de l'opposition, Navin Ramgoolam, et le ministre de la Justice, Emmanuel Leung Shing, de même que l'acteur français Alain Delon. Ce dernier avait dîné au restaurant La Langouste Grillée quelques heures seulement avant l'explosion meurtrière (l'étage où se trouvait ce restaurant s'effondra). Déposant une branche de bougainvillier mauve sur chacun des deux cercueils, il confia qu'il voulut être présent «pour rendre hommage à ce couple d'enfants disparus» et «rendre grâce à Dieu d'être encore en vie».

Dans son homélie, le père Adrien Wiehe rappela que pour les croyants «la mort n'est pas la fin de tout mais la rencontre directe avec le Créateur». Il ajouta que «le passeport pour le ciel est le service à son prochain».

À la fin de la cérémonie, le convoi se dirigea vers le cimetière de Bois-Marchand. Là les deux cercueils furent placés côte à côte dans une immense excavation avant d'être ensevelis. Au milieu de la multitude de fleurs les recouvrant, sur la traditionnelle planchette de bois, calligraphiés en chinois, on pouvait lire les noms des deux amoureux désignés comme mari et femme, ensemble dans la vie et réunis dans la mort.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.