Gabon: Echec de la tentative de bloquer la loi sur la dépénalisation de l'homosexualité

Au Gabon, la loi sur la dépénalisation de l'homosexualité adoptée fin juin fait encore couler beaucoup d'encre et de salive. Un collectif avait saisi la Cour constitutionnelle pour obtenir l'annulation de la loi. Peine perdue, la cour vient de juger irrecevable ce recours, transmis hors délai. Déçu par cette décision, le collectif a convoqué la presse mercredi.

Face à la presse, le président du collectif « Reconstruisons le Gabon autrement » a exprimé la grande déception de son mouvement. Jean Donga accuse le pouvoir d'avoir tout planifié pour rendre impossible tout recours contre cette loi dépénalisant l'homosexualité. « Nous avons expliqué à la cour que, après avoir voté au niveau de l'Assemblée nationale et du Sénat le 29 juin, le 30 (juin) on nous fait savoir que cette loi est promulguée par le président de la République. Ça veut dire qu'il n'y a plus de recours ! Le 1er, nosu avons saisi la cour qui dit que notre siasine est irrecevable. »

Aucun membre de la Cour constitutionnelle n'était disponible pour expliquer si la Constitution a été violée ou pas. Le collectif craint que le Gabon devienne dans le futur un paradis pour les homosexuels au détriment des us et coutumes locales. « Un jour on va se retrouver avec deux personnes dans une salle de mariage pour célébrer l'union de deux personnes du même sexe, poursuit Jean Donga. Ça commence comme ça ! »

Au lendemain de l'adoption de la loi en question, le gouvernement avait rassuré que la dépénalisation de l'homosexualité n'autorise pas les mariages gays dans le pays. Le droit d'aimer librement, sans en être condamné, a été rétabli avait tweeté la Première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba.

Le Parlement rétablit un Droit humain fondamental pour ses citoyens: celui d'aimer, librement, sans en être condamné. La République défend le respect de la vie privée de chacun et reste Une et Indivisible au-delà des sentiments. Oui à la dignité, non à la haine. #Gabon

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.