Congo-Kinshasa: Grande réussite de «Credit Phenomena» aux USA - Enoch Likobe envisage partager cette belle expérience financière dans sa RDC natale

Parti gamin aux Etats-Unis d'Amérique, Enoch Bambulu Likobe fait aujourd'hui la grande fierté de son pays d'origine, la République démocratique du Congo. Entrepreneur inné et avocat, ce jeune homme a créé l'entreprise «Credit Phenomena» qui connaît une ascension fulgurante au pays de l'Oncle Sam, surtout en ces moments difficiles où la pandémie de coronavirus a mis à genou le monde entier.

«Credit Phenomena» s'active pour aider les Américains à obtenir des crédits dans les différentes banques et à investir l'argent reçu. Et c'est des sommes importantes. Le Président de la République, Félix Tshisekedi, qui avait promis de créer des millionnaires congolais, ne peut-il pas attirer un tel entrepreneur pour faire sortir de la pauvreté un grand nombre de ses compatriotes ?

«Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre d'années», avait écrit Corneille dans son best-seller «le Cid». C'est le cas d'Enoch Bambulu Likobe qui vient à peine de souffler ses 25 bougies. Pour lui, le rêve américain est devenu une réalité. Depuis qu'il a lancé son entreprise «Credit Phenomena», il récolte un franc succès. Beaucoup d'Américains s'y font assister pour l'obtention des crédits auprès des banques en vue de se lancer dans des investissements.

Prendre un crédit c'est bien, mais rembourser dans le délai c'est mieux. Cette entreprise aide aussi les personnes en défaut de paiement et mises en demeure par les créanciers. Elle a permis à un grand nombre d'Américains à prendre des crédits à hauteur de 100.000 USD, 200.000 USD et même plus. Certains se sont lancés dans l'investissement immobilier, c'est-à-dire, racheter une maison délabrée, la réhabiliter pour la revente.

Selon Enoch Likobe, la pandémie de coronavirus aura été une aubaine pour «Credit Phenomena». C'est pendant cette période où la planète entière est secouée par la Covid-19 qu'il a réalisé un grand profit. Ce jeune entrepreneur se dit disposé à venir au pays enseigner aux Congolais la façon dont on utilise l'argent en crédit. On ne prend pas un crédit pour simplement rouler carrosse ou s'acheter des belles maisons ou des beaux vêtements, mais il faut plutôt savoir investir. Même après avoir rembourser le crédit en question, l'investissement continuera à produire. Ainsi, naîtra une véritable classe moyenne au sein de la société congolaise. Enoch Likobe est donc déterminé à transposer ce système, «Credit Phenomena», dans sa terre natale.

L'autre casquette que porte ce jeune compatriote, c'est celle d'avocat. Aux USA, il a eu à prêter ses services dans certains jugements impliquant notamment, des criminels, des vendeurs de drogue, des couples en instance de divorce, des mineurs, etc. Enoch Likobe a, dans sa carrière, défendu beaucoup de personnes incriminées.

«American dream», est plus l'apanage des Blancs que des Noirs ou Afro-américains. La vie n'est pas facile pour la plupart aux Etats-Unis. Beaucoup d'immigrés ne se contentent que des petits jobs pour la survie : manger, se vêtir, etc. Par la grâce de Dieu, Enoch Likobe, issu de l'immigration, a eu la chance de se lancer dans de grandes affaires, en créant une société qui aident non seulement les Afro-américains, mais aussi des Blancs à obtenir des crédits auprès des banques puis investir dans des entreprises partenaires à «Credit Phenomena». Mais, pour réussir, il faut avoir un mental d'acier. Autrement dit, savoir se relever après avoir tombé.

«Pendant la Covid-19, j'ai fait beaucoup d'argent que je n'ai jamais fait dans ma vie», a déclaré Enoch Likobe. Alors que coronavirus a envoyé de millions d'Américains au chômage au point de mettre l'Administration Trump sérieusement en difficulté et compromettre sa réélection. Cependant, ce jeune congolais a réussi à faire de belles affaires et à émerger dans cette superpuissance pendant ces temps très durs, cette période sombre de l'histoire de l'humanité. Coup de chapeau.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.