Togo: Émoi dans la communauté libanaise après la catastrophe de Beyrouth

The owners of the House of Shawarma a new business offering Lebanese food by delivery.

La catastrophe de Beyrouth a choqué le Liban, mais également la diaspora, très présente en Afrique. e Togo, par exemple, abrite une forte communauté libanaise très intégrée depuis plus d'un siècle.

Les Libanais vivant au Togo sont sous le choc et ont de la peine à se confier. Du moins, ceux que la DW a rencontrés ce mardi au port de Lomé, où ils font le commerce de véhicules d'occasion.

"Nous avons appris avec douleur et consternation le drame qui a frappé notre capitale Beyrouth", a déclaré Fadi El Rayes, président de l'association des importateurs de véhicules d'occasion du Togo. "Ce sont des humains, des innocents, des gens qui ont perdu leur vie comme ça. Ça fait très mal".

Une alerte pour tout le monde

Le drame est pourtant très peu commenté au sein de la population togolaise. Il n'a même pas fait la Une des journaux togolais.

Estelle Kaka est étudiante, elle a appris la nouvelle via internet et les médias internationaux. Elle fait part de son émotion et estime que ce drame pourrait aussi se produire dans un pays africain.

"Ça fait réfléchir. Le fait qu'on stocke des marchandises dangereuses au port, pendant six ans, c'est beaucoup. Voilà quelque chose qui s'est passé, qui a fait beaucoup de dégâts. C'est une alerte pour tout le monde, surtout les pays africains qui doivent faire très attention."

Les explosions auraient été provoquées par du nitrate d'ammonium stocké depuis six ans dans un entrepôt du port de Beyrouth. Près de 3.000 tonnes de nitrate d'ammonium avait été en effet saisies en 2013 à bord d'un navire qui faisait route vers le Mozambique. Celui-ci avait fait escale à Beyrouth en raison d'un problème technique.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.