Burkina Faso: Réouverture des frontières aériennes

Le ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement (MCRP), en collaboration avec le ministère des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, a organisé une visite de presse, le mardi 4 août 2020 à l'aéroport international de Ouagadougou en vue de permettre aux journalistes de découvrir le dispositif de voyage mis en place.

Depuis le 1er août 2020, l'aéroport international de Ouagadougou a repris du service dans un contexte de lutte contre la COVID-19.

Pour rendre opérationnelle cette infrastructure, un dispositif sanitaire a été mis en place pour éviter des cas de contamination. Le mardi 4 août 2020, des journalistes ont constaté l'effectivité de ce dispositif de voyage. « Il s'agit également d'inviter les passagers à respecter la procédure.

Cela contribuera à protéger le pays contre l'expansion de cette maladie, vu la rapidité de la contamination », a indiqué le représentant du Secrétaire général (SG) du ministère de la Santé, Dr Salif Sankara.

Du parking à l'embarquement en passant par l'enregistrement, le débarquement et la sortie, les passagers et le personnel de l'aéroport doivent passer par les étapes de désinfection des mains, de prise de température, de vérification de test de la COVID-19 et du respect de la mesure de distanciation.

Le départ et l'arrivée sont conditionnés par la présentation du résultat négatif du test de la COVID-19. Le dispositif est permanent avec environ 25 agents de santé mobilisés à cet effet. « Ils bénéficient d'une supervision constante des autorités », a ajouté le représentant du SG.

Selon, lui, si à l'arrivée, le passager n'a pas de résultat de test, ses documents sont confisqués et celui-ci est soumis à deux tests. Le Test de diagnostic rapide(TDR) dont les résultats sont disponibles en 45 mn maximum.

« Si ce résultat est négatif, il est autorisé à rentrer en entendant les résultats du 2e test qui est le Polymerase chain reaction (PCR). Cependant, si le 1er test est positif, il est conduit dans un hôtel et gardé pendant 48 h en entendant les résultats du 2e test.

Si ce dernier s'avère négatif, il rentre chez lui. Au cas où le PCR est positif, la personne est enrôlée dans le dispositif de prise en charge », a expliqué M. Sankara. Le coût du test a-t-poursuivi est de 90 000F CFA et les frais d'hôtel sont à la charge du passager. En outre, le test est gratuit pour toute personne désirant voyager.

« Depuis la reprise, nous avons eu plus de 20 mouvements à ce jour. Nous sommes déjà heureux de constater qu'au niveau des programmations, il y a une tendance à la hausse car les autres compagnies recommencent à effectuer des vols intra régionaux ou intercontinentaux.

L'aéroport est prêt pour accueillir les vols et les passagers de toutes les provenances dans les conditions sanitaires établies », a souligné le chargé de la gestion de l'aéroport international du Burkina Faso, Dr Thomas Hyacinthe Compaoré.

Il a informé que depuis le 1er août, une centaine de passagers, arrivés sans leurs résultats, ont tous été testés et les résultats sont négatifs. « Il faut qu'on garde à l'esprit que nous sommes dans le risque à tout moment et qu'on doit être vigilant », a-t-il fait savoir.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.