Burkina Faso: Prévention de la corruption - Une plateforme pour la déclaration de patrimoine

L'avenue Kwame Nkrumah, dans le centre de Ouagadougou, au Burkina Faso (illustration).

L'Autorité supérieure de contrôle d'Etat et de lutte contre la corruption a lancé, le mardi 4 août 2020 à Ouagadougou, une plateforme en ligne pour la déclaration d'intérêt et de patrimoine des personnes assujetties.

En dehors du président du Faso, des membres du gouvernement et des députés qui vont continuer à faire leurs déclarations d'intérêt et de patrimoine sur papier, les autres personnes assujetties vont pouvoir, désormais, satisfaire cette exigence sur la plateforme www.dip.bf.

Lancée le mardi 4 août 2020 à Ouagadougou en présence du chef de l'Etat, Roch Marc Christian Kaboré, elle est une initiative de l'Autorité supérieure de contrôle d'Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC).

Ingénieur en informatique à l'ASCE-LC, Yacouba Dao, a expli qué que la personne assujettie, munie d'un ordinateur ou d'un smartphone et une connexion internet, transmet ses informations à l'institution de contrôle qui se chargera de créer un dossier afin de préparer un espace dédié sur la plateforme.

Ensuite, a-t-il poursuivi, l'intéressé reçoit une notification. Après cette étape, l'informaticien a précisé qu'un sous-dossier sera créé pour préciser la période durant laquelle la déclaration doit être faite. « La personne assujettie se connecte, ouvre son dossier et fait sa déclaration qu'elle va soumettre à l'ASCE-LC.

Après la soumission, un résumé du dossier est transmis à l'intéressé pour lecture », a clarifié M. Dao. Les informations sur la déclaration peuvent être publiques, a relevé Yacouba Dao, et consultées sur le site web www.asce-lc.bf.

Selon le contrôleur général d'Etat, Luc Marius Ibriga, la cérémonie de lancement de la plateforme de déclaration d'intérêt et de patrimoine, inscrite comme activité majeure depuis le début de l'année 2020, est la matérialisation d'une prescription légale visant à lutter contre la corruption au Burkina Faso.

« Initialement la déclaration, selon la loi 004 du 3 mars 2015, devrait se faire en version papier sur trois exemplaires.

Mais au vu des exigences de la loi quant aux informations à fournir et au nombre élevé d'assujettis concernés, sa mise en œuvre s'est révélée difficile en termes d'archivage et de sauvegarde de la confidentialité.

C'est pour lever toutes ces difficultés que l'Assemblée nationale a adopté la loi 033 du 26 juillet 2018 qui consacre la déclaration par voie électronique pour les assujettis autres que les membres des pouvoirs législatif et exécutif », a souligné Luc Marius Ibriga.

Un puissant moyen de prévention de la corruption

A l'écouter, l'effectivité de cette disposition a été possible grâce à l'appui de la Banque mondiale à hauteur de 473 444 203 F CFA.

Pour lui, l'opérationnalisation de ce site est la traduction d'une volonté politique de lutter contre la corruption et l'affirmation de l'option de la transparence dans la gestion des affaires publiques et du souci de la sauvegarde du bien public.

« Elle permet d'enregistrer les situations patrimoniales des assujettis à un moment donné et d'exiger la justification de toutes les variations de ces situations.

La déclaration d'intérêt et de patrimoine constitue un puissant mécanisme de prévention de la corruption, d'incitation au respect de la chose publique et l'enracinement d'une culture de la redevabilité », a soutenu le contrôleur général d'Etat.

Par ailleurs, il a confié qu'après le lancement, une phase pilote d'enrôlement va débuter et concernera les assujettis des institutions de la République et permettra de consolider la solidité du système.

Au regard de l'immensité de la tâche, il a dit compter sur le gouvernement et l'ensemble des assujettis pour mener à bien les activités.

La marraine de la cérémonie, ministre de l'Economie numérique et des postes, Hadja Fatimata Ouattara, a salué l'adhésion de l'ASCE-LC au processus de dématérialisation de l'administration publique. En outre, elle a rassuré l'institution de contrôle de son accompagnement à travers la mise à disposition de ressources techniques nécessaires.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.