Cameroun: Scandale - Un détenu de la crise anglophone rend l'âme, menotté dans son lit d'hôpital

camer.be
Prison centrale de Yaoundé (Kondengui)

Thomas Tanguem, arrêté en 2017 à Mbengwi, chef-lieu du département de la Momo, région du Nord-Ouest- Cameroun et ayant passé plus de deux ans à la prison de Kondengui sans être jugé n'est plus.

Selon ses avocats, il est mort le mercredi 5 août 2020 à 5h 50 minutes à l'hôpital central de Yaoundé.

«Pa Tom est mort enchaîné à la satisfaction des administrateurs de la prison et de la justice. Le cadavre est sur le point d'être conservé à la morgue de l'hôpital central de Yaoundé», lit-on dans un communiqué de Me Amungwa Tanyi. Ce dernier est membre du collège d'avocats chargé de défendre certains détenus de la crise anglophone.

Maître Amungwa Tanyi explique que leur client est « est mort enchaîné à la satisfaction des administrateurs de la prison et de la justice ».

Hier après,l'annonce du décès, les prisonniers anglophones ont manifesté leur mécontentement au sein de la prison centrale de Kondengui. Le défunt était âgé de 57 ans

Selon Me Christopher Ndong, avocat chargé d'assurer la défense des prisonniers poursuivis dans le cadre de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le défunt était souffrant depuis trois ans. Il attendait toujours d'être jugé depuis son arrestation en 2017.

L'on se rappelle que depuis le 5 mars dernier, l'asbl CEBAPH (Cercle Belgo-Africain pour la Promotion Humaine, ndlr) attirait déjà dans un communiqué, l'attention des autorités pénitentiaires du Cameroun sur l'état de santé de plusieurs prisonniers.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.