Madagascar: Indûment riche

Rien que dans la capitale, ce sont 8.000 foyers par jour qui devraient recevoir les aides sosialim-bahoaka pour leur permettre de survivre dans cette pandémie dont l'issue est encore incertaine.

Fin août, fin septembre, fin de l'année... Personne ne peut pour le moment avancer une date même approximative quant à la fin de la crise sanitaire actuelle. A Madagascar? les effets néfastes de la crise se ressentent chaque jour au sein de la population déjà meurtrie par des années marquées par plusieurs décennies de récession économique consécutive à des crises économiques à répétition.

Dans ses déplacements dans les différents quartiers malfamés de la capitale, le Président de la République ressent en direct, à quel point de nombreuses familles malagasy vivent dans l'extrême pauvreté. Et cette initiative de distribuer directement des vivres à la population la plus démunie est bien évidemment louable. Une initiative rendue possible grâce notamment aux financements des bailleurs de fonds.

Preuve que les fonds empruntés sont effectivement affectés à des destinations précises. Pour ne prendre que le cas de ces donations « sosialim-bahoaka » qui sont en fait tirées des financements de la Banque Mondiale dans le cadre du programme filets de sécurité.

Et comme il s'agit d'un prêt, même, à taux concessionnel, ces financements restent des fonds publics qui seront remboursés par les contribuables. De l'argent public qui requiert de la bonne gouvernance de la part des dirigeants. D'où d'ailleurs,ces soucis du Président de la République, pour un contrôle strict de la distribution des vivres afin d'éviter toutes tentatives de détournement.

Andry Rajoelina adresse à chaque fois une ferme mise en garde contre les chefs Fokontany qui seraient tentés de procéder à des détournements. Mais de l'avis des observateurs, cette mise en garde à la base ne suffit pas car dans les rouages de l'administration, il y a toujours cette possibilité de malversations à grande échelle qui peuvent faire rapidement de nouveaux indûment riches. Et c'est là que la prudence des autorités s'impose.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.