Madagascar: Chambre africaine de l'énergie - L'accès aux marchés financiers devenu une priorité

Les flux de capitaux entre les Etats-Unis et l'Afrique, les investissements et l'avenir de la coopération énergétique après la Covid-19, ont fait l'objet d'une première réunion du Comité Etats-Unis - Afrique de la Chambre africaine de l'énergie.

Cette réunion qui s'est tenue cette semaine a rassemblé les meilleurs experts et cadres du secteur privé et public des deux côtés de l'Atlantique, tous déterminés à exploiter pleinement le potentiel de la coopération énergétique entre les États-Unis et l'Afrique. La réunion a identifié les domaines clés et les priorités pour augmenter le niveau des flux de capitaux et de technologie, et relever le défi de l'accès aux marchés financiers américains.

Les membres du Comité ont particulièrement souligné le défi de mobiliser des capitaux pour des projets d'exploration et de développement dans le secteur pétrolier et gazier en amont, associé à un manque de compréhension des mécanismes et des structures des contrats de partage de production (CPP).

Attirer les américains. Ce défi est désormais appelé à augmenter davantage, étant donné la dynamique et les conditions actuelles du marché, et le manque croissant d'appétit pour les combustibles fossiles de la part des investisseurs traditionnels.

Au-delà de l'amont, les participants ont convenu que l'Afrique offre les opportunités d'investissement en énergie les plus attrayantes pour les investisseurs et les entrepreneurs américains, mais le problème autour des messages et des perceptions du continent continue d'entraver cet investissement.

Un élément clé mis en évidence durant la réunion, concerne l'élargissement des partenariats, avec la nécessité d'accroître l'engagement avec un plus large éventail d'intervenants, y compris les institutions publiques et privées, les investisseurs énergétiques et les universités. Tous ont également convenu que l'avenir de la coopération énergétique américano-africaine devra s'ouvrir aux PME, et ne pas se limiter aux grandes entreprises.

La nécessité d'encourager les investissements africains aux États-Unis a été évoquée comme un moyen de soutenir davantage une relation gagnant-gagnant qui maintient de nouveaux flux de capitaux dans les deux sens.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.