Libye: Sea-Watch et Médecins Sans Frontières s'associent pour sauver des vies en Méditerranée centrale

communiqué de presse

Médecins Sans Frontières (MSF) rejoint Sea-Watch à bord du Sea-Watch 4, un nouveau navire destiné aux opérations de sauvetage en Méditerranée centrale.

Ce partenariat a été établi face à l'urgence d'une situation qui n'en finit pas de se dégrader : tandis que les violences contre les réfugiés et migrants se perpétuent en Libye, les Etats membres de l'Union européenne continuent d'utiliser tous les moyens pour restreindre les activités de recherche et de sauvetage en mer - la Covid-19 étant le dernier prétexte en date -, condamnant ainsi délibérément des personnes à la noyade.

« Ces morts sont une conséquence directe des manquements criminels des gouvernements européens à leur devoir, déclare Oliver Behn, directeur des opérations de MSF.

La Covid-19 représente en effet une nouvelle contrainte ; cependant, les récentes mesures visant à décourager ou à bloquer les activités de sauvetage en Méditerranée, dissimulées derrière un discours de santé publique, sont irresponsables et motivées par des calculs politiques.

En confiant aux garde-côtes libyens le contrôle des frontières de l'Europe et en refusant de secourir les migrants et réfugiés fuyant la Libye, les États européens montrent que ces vies ne comptent pas pour eux. »

Au cours des cinq derniers mois, l'Italie et Malte ont à maintes reprises refusé de porter assistance aux personnes en danger en mer. Ils ont aussi fermé leurs ports aux navires des ONG ayant à leur bord des personnes secourues en mer.

Des centaines de personnes en détresse en mer sont abandonnées à leur sort pendant des heures, voire des jours, malgré leurs appels à l'aide.

Une grande partie d'entre elles sont à nouveau ramenées en Libye où elles disparaissent ensuite des radars, prises dans un cycle de violences et d'exploitation, détenues dans des centres surpeuplés aux conditions insalubres, sans accès à la nourriture ni à l'eau, et sans possibilité de distanciation physique en pleine pandémie mondiale.

La semaine dernière, trois personnes ont été tuées par balle et deux autres blessées après avoir été ramenées à terre par les garde-côtes libyens à Khoms.

Même la Commission européenne reconnait que la Libye est un pays où les migrants et réfugiés sont en grand danger.

Pourtant, depuis le début de l'année, 5 650 personnes ont été interceptées et renvoyées de force en Libye, en vertu d'un accord bilatéral financé par l'UE, tandis que des navires civils de recherche et de sauvetage - dont le Sea-Watch 3 et l'Ocean Viking - sont systématiquement bloqués au port en Italie avec des justifications douteuses.

« Le Sea-Watch 4 est une réponse de la société civile à la politique raciste de l'UE qui préfère laisser les gens se noyer plutôt que les voir atteindre les côtes européennes, déclare Philipp Hahn, chef de mission du Sea-Watch 4.

C'est un symbole de solidarité avec les personnes en migration et un signal clair à l'UE que, malgré tous leurs efforts pour entraver notre action, nous ne cesserons pas de porter secours.

Des personnes sont abandonnées à leur sort en mer ou sont renvoyées vers les violences dont elles tentent de s'échapper, tandis que des avions de surveillance des frontières européens les observent depuis le ciel, complices.

Tant que les États européens laisseront des personnes se noyer pour les dissuader de traverser, nous continuerons et nous aurons du soutien. »

Bloquées en Libye sans accès à des alternatives sûres et légales, des milliers de personnes tentent en dernier recours la traversée. La faiblesse actuelle des moyens de recherche et de sauvetage ne les dissuade pas ; elle ne fait qu'aggraver les risques auxquels ils font face.

Pour le seul mois de juin, au moins 101 personnes ont été déclarées mortes ou disparues en Méditerranée centrale. Le nombre de personnes ayant tenté la traversée dans des embarcations de fortune a été multiplié par quatre par rapport à la même période l'année dernière.

Les équipes MSF interviennent également pour apporter de l'aide aux migrants, réfugiés et demandeurs d'asile en Libye, où elles fournissent une assistance médicale, psychologique et matérielle dans six centres de détention dans l'ouest et le centre du pays, ainsi qu'à Tripoli.

A propos du partenariat

L'ancien navire de recherche océanographique Poséidon, aujourd'hui rebaptisé Sea-Watch 4, a été acheté en février par Sea-Watch et la coalition United4Rescue. Il a depuis été équipé pour les opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale.

Médecins Sans Frontières fournira une assistance médicale et humanitaire à bord du Sea-Watch 4, grâce à une équipe de quatre personnels médicaux dont un médecin et une sage-femme, ainsi que deux personnes chargées de la communication et du plaidoyer.

MSF est responsable des soins médicaux d'urgence, notamment de la gestion de la clinique du bateau. Sea-Watch dirigera le navire et les opérations de sauvetage grâce à un équipage en partie bénévole de 21 personnes.

Ensemble, Sea-Watch et MSF fourniront une aide humanitaire, notamment de la nourriture et des biens de première nécessité, et en identifiant les personnes particulièrement vulnérables.

Plus de: MSF

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.