Afrique: Hausse des cours mondiaux des produits alimentaires en juillet

38 pays auront réalisé en 2015 les objectifs de lutte contre la faim, selon la FAO
communiqué de presse

Rome — La hausse des cours des huiles végétales et des produits laitiers fait grimper l'indice FAO des prix des produits alimentaires, tandis que les cours de la viande et du riz reculent.

En juillet, les cours mondiaux des produits alimentaires ont connu leur deuxième mois consécutif de hausse, principalement en raison de l'augmentation des prix des huiles végétales et des produits laitiers, d'après le rapport de référence des Nations Unies.

L'indice des prix des produits alimentaires de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) s'est établi en moyenne à 94,2 points en juillet, soit une progression de 1,2 pour cent par rapport à juin et de près de 1,0 pour cent par rapport à juillet 2019.

L'indice FAO des prix des produits alimentaires suit les cours internationaux des produits alimentaires les plus couramment échangés.

L'indice FAO des prix des huiles végétales a augmenté de 7,6 pour cent depuis juin et a atteint son plus haut niveau en cinq mois.

Les cours internationaux des principales huiles ont grimpé dans un contexte, s'agissant de l'huile de palme, de ralentissement probable de la production, de regain de la demande mondiale à l'importation et de pénuries prolongées de travailleurs migrants.

L'indice FAO des prix des produits laitiers a connu une progression de 3,5 pour cent en un mois, qui concernait l'ensemble des produits de l'indice, du beurre au lait en poudre, en passant par le fromage.

L'indice FAO des prix des céréales est demeuré stable par rapport à juin, la forte augmentation des cours du maïs et du sorgho, sous l'effet d'importants volumes achetés par la Chine aux États-Unis d'Amérique, ayant été compensée par le recul de ceux du riz, en raison de prévisions de récoltes abondantes en 2020. Les cours du blé ont peu évolué du fait d'une activité commerciale atone.

L'indice FAO des prix du sucre a augmenté de 1,4 pour cent car le broyage de grandes quantités de canne à sucre au Brésil n'a atténué qu'en partie les effets de la hausse des prix de l'énergie et de la perspective d'une production moindre en Thaïlande, due à une grave sécheresse.

L'indice FAO des prix de la viande, en revanche, a perdu 1,8 pour cent en juillet et s'est établi 9,2 pour cent en dessous de son niveau de juillet 2019.

Les cours de la viande porcine et de la viande bovine ont reculé par rapport au mois précédent car la demande mondiale à l'importation est demeurée inférieure aux disponibilités à l'exportation, en dépit des perturbations liées au COVID-19 dans les principaux pays exportateurs.

Les prix de la viande de volaille ont grimpé, sous l'effet de la diminution de la production au Brésil, qui est due aux prix élevés des aliments pour animaux et à des préoccupations concernant la demande future.

En juillet 2020, des modifications ont été apportées à l'indice FAO des prix des produits alimentaires: le panier de produits a été élargi et la période de référence a été révisée. Un article publié dans le dernier numéro des Perspectives de l'alimentation donne des précisions sur ces modifications.

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.