Sénégal: Kaffrine - Près de 6000 producteurs appuyés en engrais et en semences de riz

6 Août 2020

115 tonnes d'engrais et 100 tonnes de semences de riz viennent d'être distribuées à 17 fédérations de producteurs englobant 63 villages de la région de Kaffrine.

La stratégie du ministère de l'Agriculture et de l'Equipement rural est simple : tripler les rendements et assurer la souveraineté alimentaire en renforçant les aspects de production de l'hivernage actuel et des prochaines campagnes.

Une stratégie confiée, en partie, au Projet d'appui à la sécurité alimentaire (Pasa) et qui vient de permettre à 5815 producteurs de la région de Kaffrine de bénéficier d'une dotation importante en engrais et en semences de riz.

Exactement, 115 tonnes d'engrais et 100 tonnes de semences de riz ont ainsi été distribuées à 17 fédérations de producteurs de la région couverte par le volet Eau de surface du Pasa.

« En tout 63 villages de la région de Kaffrine sont concernés », précise le coordonnateur régional du Pasa, Abdoul Ka, mardi, à Niakhène, localité qui a abrité la cérémonie de remise symbolique de cette dotation.

Sur place, il a fait remarquer que cet appui en engrais et en semences est aussi une façon pour l'Etat et son partenaire, la Banque africaine de développement (Bad) d'aider les producteurs à faire face aux conséquences liées à la pandémie du coronavirus. « C'est maintenant qu'il faut préparer l'après-pandémie.

Et pour le ministère, cet appui se situe justement dans le cadre de l'après-Covid-19 », a expliqué Abdoul Ka, soutenant que lePasa a « énormément fait pour les productions de Kaffrine en cette année 2020 ».

L'enveloppe globale injectée dans la région, dit-il, avoisine les 600 millions de FCfa. Une somme qui a favorisé l'acquisition d'équipements agricoles. Mieux, les fonds ont aussi aidé à financer des unités de transformation.

Mais le Pasa à Kaffrine, c'est aussi et surtout 22 ouvrages de mobilisation des eaux de surface qui ont permis l'aménagement de 2450 hectares cultivables en toutes saisons, deux ouvrages anti-sel et d'autres appuis en petits matériels (semoirs, houes Sine), des unités de transformation, des décortiqueuses, des batteuses et des moulins à céréales.

« Les seuls ouvrages réalisés ont coûté plus de 1,3 milliard de FCfa. Un chiffre approximatif parce qu'il y a un ouvrage en finalisation qui n'est pas comptabilisé. Et cela donne une idée du volume important des investissements alloués à Kaffrine », indique le coordonnateur régional du Pasa.

Cependant, il constate pour le déplorer, des pertes post-récoltes importantes dans la région. Une situation engendrée par l'augmentation des surfaces emblavées en maraichage qui passent de 20 hectares (situation de référence) à 265 hectares en seulement un an.

« Il y a eu un pourrissement des productions l'an passé, lié à des rendements records que le marché local n'a pas pu absorber », dit Abdoul Ka qui annonce, à juste titre, la mise en place d'une unité de transformation horticole dans la zone impactée.

But recherché : lutter contre ces pertes post-récoltes et améliorer les revenus tirés du maraichage. Douze périmètres maraichers bénéficient actuellement d'un accompagnement. Toutes ces actions visent à amoindrie les coûts d'exploitation et à rendre autonomes les producteurs de la région de Kaffrine.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.