Cameroun: Création des richesses - Le numérique plus résolument

Pour continuer d'être opérationnels durant cette pandémie, de nombreux entreprises et opérateurs économiques n'avaient pas d'autre choix que les solutions liées au digital.

Avec l'apparition du Civid-19, le numérique s'est vite positionné comme l'une solution pour continuer de vivre. Et ce n'est pas au Cameroun qu'on a échappé à cette nouvelle donne. En deux semaines, trois initiatives de jeunes camerounais ont pris forme dans les laboratoires de l'Agence universitaire pour l'innovation (AUI). Un portique désinfectant intelligent, un autoclave et un respirateur artificiel. A côté de ces équipements intelligents, ce sont de nombreuses applications et plateformes qui ont été mises au point pour aider les populations à faire face à la pandémie du Covid-19. Des initiatives qui témoignent, s'il en était besoin, du chamboulement que cette crise a eu, tant sur le génie-créateur des Camerounais que sur la façon de faire ou les budgets des entreprises et même des individus. Depuis le mois de mars 2020, période de l'apparition de la pandémie au Cameroun, la consommation des datas a augmenté de manière exponentielle.

La vente des équipements en hausse

Pour le plus basique, en moins d'un mois, le prix d'une webcam est passé de 1 500 F à près de 5 000 F dans la plupart des commerces de Yaoundé, dans la mesure où cet outil est devenu indispensable pour le télétravail. Les autres outils informatiques (ordinateurs portables, clés USB, téléphones androïdes, etc.) ont connu des pics de vente. « Même si le prix des ordinateurs n'a pas augmenté ici (à partir de 170 000 F), les recettes grimpent depuis quelques semaines. La boutique se vide. Ordinateurs portables, webcaméra et casques sont les outils les plus sollicités », renseigne un vendeur.

Des applications en vogue

« Le software avec l'application Zoom, est devenu le support indispensable à la continuité du service public dans tous les secteurs : les réunions institutionnelles se tiennent par visioconférence ; le télétravail est devenu la règle ; la dématérialisation des procédures dans tous les secteurs de la vie économique s'est vue renforcée ; les consommateurs des services des télécommunications passent leur temps sur Internet ; etc. », indiquait dans une tribune le Pr. Justine Diffo Tchunkam, présidente du Conseil d'administration de l'Agence de régulation des télécommunication et membre de l'observatoire africain de la pratique des affaires.

Sur le plan local, grâce à la plateforme « Abeg Ya », le jeune Gilbert Mbeh a pu mettre en relation des populations et des médecins. En cas de nécessité de consultation à distance, de conseil ou de clarification d'information sur le Covid-19, tout abonné a la possibilité de s'adresser à un médecin. Gratuite, l'application compte plus de 500 abonnés pour 500 personnels médicaux disponibles. Le commerce en ligne et d'autres services du genre ont eux aussi connu un boum. C'est le cas par exemple de ces restaurants qui, faute de pouvoir accueillir des clients sur place, ont développé des services de livraison à domicile ou sur le lieu du travail en passant par des plateformes web pour se faire connaître.

La consommation des datas a explosée

Comme l'usage des applications et la pratique du télétravail ceci requiert la connexion à Internet, ce sont les opérateurs de téléphonie mobile qui se sont frotté les mains avec la pandémie. Selon des données compilées par le régulateur, la consommation cumulées des datas des quatre opérateurs a augmenté de 24% en deux mois. On est ainsi passé de 19, 1 millions de gigabits en mars à près de 2a millions en mai 2020. Et pour attirer davantage de consommateurs, des offres spéciales ont été mises en place. Flybox à prix réduits, nouveaux forfaits, etc. étaient de mise.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.