Cameroun: Produits alimentaires - Prix stables sur le marché

Constat fait après un tour dans quelques espaces marchands de Yaoundé cette semaine.

Quelle est la tendance des prix des produits alimentaires en ce moment sur le marché ? C'est à cette question que CT a tenté de trouver réponse hier en parcourant quelques marchés de Yaoundé. De manière générale, les espaces marchands affichent une certaine stabilité des prix. Si certains produits sont moins coûteux que d'habitude, d'autres, notamment ceux dont les prix sont homologués par le ministère du Commerce, restent dans la fourchette prescrite.

Légumes et fruits

Ce n'est pas s'offrir une salade qui reviendra cher ces jours-ci au consommateur. Carottes, laitues, concombres, oignons, poivrons sont vendus à des prix accessibles. Avec 200 F par exemple, il est possible d'avoir cinq gros poivrons. A ce même prix, vous avez cinq carottes moyennes. Seul ingrédient qui pourrait faire défaut, la tomate. Le seau selon la contenance varie entre 1300 et 2500 F alors qu'il y a quelques semaines, ces prix étaient ceux du cageot. Le tas de cinq fruits moyens de tomates est vendu à 200F. Les fruits aussi sont accessibles. Ananas, pastèques et oranges sont vendus à bons prix. Même le citron qui a connu une hausse il y a quelques semaines, du fait de ses supposées vertus de prévention du Covid-19, est désormais vendu à prix abordable. Avec 100 F, on peut obtenir cinq fruits.

Poisson, viande et poulet

Pour les deux premiers, les prix sont en conformité avec ceux homologués par le ministère du Commerce. En fonction de la variété et de la grosseur du poisson, les prix sont clairement indiqués sur les morceaux de carton à la vue de tous. Au marché de Mvog-Mbi, il y a une différence de prix de 100 ou 200 F en plus par rapport à la moyenne. Comme le poisson Rosada qui coûte entre 1700 et 1500 F le kilogramme. Le maquereau aussi varie entre 1000 F et 1450F pour la même quantité. Le poulet par contre continue son envolée. La grande star maintenant est le poulet dit pondeuse. Il est vendu à partir de 2000 F. Le poulet de chair par contre reste cher, à partir de 3500 F au moins, l'unité.

Plantains et pommes de terre

Ce n'est pas souvent que les pommes sont abordables sur le marché. En plus de ces prix qui varient entre 800 et 2000 F selon la contenance du seau, il y en a en quantité. C'est d'ailleurs vers ce tubercule que les femmes se tournent à présent, étant donné que le plantain est désormais hors de prix. En effet, le plantain coûte très cher en ce moment sur le marché. Le tas de 500 F est quasiment absent des étals. Pour 1000 F, vous avez le choix entre six gros doigts ou dix doigts moyens.

Riz

Cette céréale est présente en quantité sur le marché. Du type 25% qui représente 75% de l'approvisionnement sur le marché au 5%. Par contre, ce dernier est au centre d'une petite polémique. En fait, le riz de type 5% ancienne récolte, de meilleure qualité est l'objet de spéculation. Certains opérateurs veulent commercialiser la nouvelle récolte (moins prestigieuse) au prix de 425 F fixé pour l'ancienne récolte au lieu de 390 F.

D'après Alain Romuald Ombede Nama, délégué régional du ministère du Commerce pour le Centre, les prix des produits sont stables. C'est plutôt les revenus des ménages qui ne sont pas en phase. « Il faut aussi que les gens arrêtent de considérer les prix pratiqués dans les marchés du quartier comme étant le niveau général des prix. Pour avoir une vraie idée des prix, il faut aller dans les grands marchés. C'est là-bas qu'on constate les tendances globales », conclut-il.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.