Congo-Brazzaville: Covid-19 - Le district de Pokola nouveau foyer de la pandémie

Le tout dernier point épidémiologique fait état de 51 nouveaux cas dans cette localité du département de la Sangha qui jusque-là semblait mieux résister à la propagation de la Covid-19.

Jusqu'à la fin de juillet, le département de la Sangha ne comptait qu'un seul cas depuis la déclaration de la Covid-19 dans le pays le 14 mars dernier. Le point épidémiologique fait le 3 août à Brazzaville, par le coordonnateur technique national de la riposte, le Dr Gilbert Ndziessi, dresse une situation quelque peu inquiétante pour le district de Pokola. « Un foyer épidémiologique s'est déclaré dans le département de la Sangha qui vient d'enregistrer 51 nouveaux cas », a-t-il déclaré précisant que ces cas confirmés, en cette période de dépistage de masse, ont tous été identifiés à Pokola. En prenant en compte le tout premier cas détecté il y a quelques mois, la Sangha totalise 52 cas.

Ainsi, le département qui était au bas du tableau sur la liste des contaminés devient le troisième foyer de la pandémie dans le pays après Brazzaville qui compte 2.276 cas, Pointe-Noire 1.068 cas. La situation chiffrée des cas dans les autres départements est plus bas. Kouilou : 50 cas, Niari : 40 cas, Bouenza : 19, Pool : 18, Cuvette-Ouest : 12, Lékoumou : 6, Cuvette : 5. « 1.889 patients sont actuellement pris en charge », a fait savoir le Dr Gilbert Ndziessi. L'on dénombre 1.589 guéris, 58 décès et 10 cas transférés à l'étranger à la demande des missions diplomatiques.

Covid-19 et activité économique

Peuplé de plus de 18.000 habitants, le district de Pokola est l'une des cités industrielles du département de la Sangha qui joue un rôle important dans le développement économique du pays grâce à ses potentialités : une forêt équatoriale dense de plus de 3 millions d'hectares d'une rare biodiversité. C'est l'un des grands foyers de conservation de la faune sauvage du bassin du Congo, avec plus de 2 millions d'hectares d'aires protégées. Pokola est donc réputé dans l'exploitation forestière, sa principale activité économique qui peut subir durement les affres de la pandémie qui s'y propage si les mesures de prévention ne sont pas adaptées à la situation sanitaire actuellement.

En annonçant la première phase du déconfinement, le Premier ministre, Clément Mouamba, appelait les entreprises à renforcer les mesures sanitaires de sorte que l'activité économique, durement impactée par le confinement, se développe sans problème. En juin dernier, la ministre en charge de la Santé, Jacqueline Lydia Mikolo, a effectué une descente dans les départements de la Bouenza, du Kouilou et de Pointe-Noire pour réitérer le message. « Nous avons tous la même préoccupation : celle de ne pas arrêter l'activité économique », déclarait-elle en présence des représentants des entreprises comme la société Dangote Ciment (cimenterie implantée à Loutété), de Saris-Congo (fabrication du sucre) et de la Société de recherche d'exploitation minière installée à Mfouati, la Société nouvelle des ciments du Congo. Les entreprises avaient pris acte au point de participer d'ailleurs à la lutte à travers notamment le fonds national de solidarité et des dons divers.

Seulement, à l'allure où se développe la pandémie, la surveillance épidémiologique mérite d'être renforcée et élargie notamment dans l'arrière-pays, entre autres Pokola, où l'activité industrielle suit normalement son cours. Les pouvoirs publics doivent s'en donner les moyens. La population de son côté devrait éviter le relâchement dans l'observation des mesures barrières car le déconfinement ne signifie pas que le virus ne circule plus.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.