Sénégal: Poponguine - Reboisement et régéneration de la reserve naturelle - Une forte mobilisation des jeunes et des femmes pour planter des rôniers

La réserve naturelle de Poponguine, s'étendant sur une superficie de 1009 hectares, ouverte sur la mer, a enregistré en début de semaine, une activité de reboisement mobilisant des jeunes et femmes des huit villages qu'elle polarise.

L'activité entrant dans la dynamique de régénérer les espèces arbustives et florales d'un géo-parc en proie à une prédation humaine pour divers motifs : coupe abusive de bois ou autres activités délictuelles faites dans une zone protégée.

Cheikh Diagne, le porte-parole du Collectif des riverains de la réserve naturelle de Poponguine est revenu sur l'importance de planter des rôniers, au nombre de dix mille cinq (10500), gracieusement offerts par un partenaire.

A l'en croire, la présence de plusieurs dizaines de jeunes et de femmes des villages de Thiafoura, Poponguine-Sérère, Poponguine, Sorokhassap, Ndayanne, Guéréo, Kignabour 1 et 2, explique la volonté affichée de redonner à la réserve son lustre d'antan, une zone verte et luxuriante. Au pied de la falaise du Cap de Naze ou des Chèvres, le manque d'arbres imposant se fait sentir, malgré la présence permanente d'hommes et de femmes investis dans la protection de la nature et luttant contre les prédateurs, les coupeurs de bois à des fins diverses. Cheikh Diagne se désole des faits décrits et privilégie l'option de replanter des rôniers, une essence végétale peu exigeante et pouvant s'adapter, sans problèmes, dans un cycle de croissance encadré. Il a rendu aux braves dames qui se sont toujours battu pour la préservation de la forêt.

Pour Monsieur Diagne, la couche d'ozone, fortement affectée par l'effet de serre, est à prendre au sérieux dans les mutations en cours avec le changement climatique et son cortège de désagréments. Papa Souleymane Ndiour, le responsable des jeunes des huit villages polarisés par la réserve naturelle de Poponguine entend, avec ses pairs, s'ériger en sentinelle et protecteurs de la nature, de la forêt. Il a loué le travail accompli par les femmes.

Selon lui, tout leur travail tourne autour de la conservation et de la régénération des espèces végétales, faisant de la réserve naturelle de Poponguine un poumon vert, source d'un bon air et d'un cadre idéal pour l'- homme et l'animal. Par conséquent, il assimile leur travail à celui de la sauvegarde et la protection d'une mine d'or pouvant donner des revenus insoupçonnés aux générations futures.

Madame Ndiaye Florence Marie Sarr a rendu hommage aux femmes pionnières de la préservation de la réserve, dont feue Oulimata Diome, ancienne présidente du Conseil rural de Diass et Fatou Seck. Par devoir de mémoire et d'engagement au service de la nature, elle a appelé les jeunes et toute la population des villages polarisés par la réserve à relever le défi. Car, depuis une trentaine d'années, des hommes et femmes ont accompagné le développement et la survie de la réserve.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.