Congo-Kinshasa: Large consensus pour un cycle électoral crédible - Les 13 personnalités ont la bénédiction des Evêques catholiques

Leur pèlerinage continue. Après le Chef de l'Etat, le Premier Ministre, le Bureau sortant de la Centrale électorale, l'opposant Jean-Pierre Bemba et autres, le groupe de 13 est allé échanger, mercredi 5 août au Centre Interdiocésain, avec la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) autour des questions liées au prochain cycle électoral. Selon le porte-parole de cette structure ecclésiale, l'Abbé Donatien Nshole, la quête d'un consensus en matière des réformes électorales va dans le même sens que l'approche des pères de l'Eglise catholique. Ces derniers ont béni cette démarche.

Malgré des critiques acerbes, Jacques Djoli, Henri-Thomas Lokondo, Delly Sessanga, André-Claudel Lubaya, Patrick Muyaya et compagnies ne baissent pas les bras. Sans désemparer, ils continuent de frapper à toutes les portes. Cette fois-ci, c'est la CENCO qui a prêté une oreille attentive aux propositions du groupe de 13. «Basée sur le consensus, la démarche amorcée par cette équipe hétérogène, en vue de baliser la voie à un processus électoral apaisé, a reçu l'assentiment du clergé catholique», dixit l'Abbé Nshole.

«Nous sommes pratiquement à mi-parcours de toutes les consultations que nous sommes en train de faire. Nous avons entamé ces démarches en contactant tout d'abord les institutions officielles notamment, le Président de la République, le Gouvernement, la Société civile,... Nous avons eu beaucoup de séances avec les forces sociales. Et la CENCO est l'une de ces forces qu'il fallait consulter pour chercher le consensus, afin de pouvoir proposer des réformes sur les élections. Nous savons que l'Eglise catholique a beaucoup travaillé sur le consensus. Nous avons donc besoin d'elle pour continuer à chercher ce consensus. La CENCO nous a, dès lors, ouvert les portes. Nous allons ainsi travailler avec elle», a déclaré le porte-parole du collectif de signataires de l'appel du 11 juillet 2020.

Pour sa part, la CENCO a rappelé à ces hôtes les points qui lui tiennent à cœur, à savoir : la dépolitisation de la CENI, la nécessité des réformes consensuelles et le fait de ne pas toucher aux articles verrouillés de la Constitution. Le projet présenté par les 13 personnalités sera minutieusement étudié par les pères de l'Eglise déterminés à s'impliquer pour mener la démarche à bon port.

Par ailleurs, le groupe de 13 a tenu à démentir la fausse alerte sur un éventuel glissement. «Il n'y a personne ici qui a parlé de glissement. On est plutôt en train de travailler sur la planification financière et sur la programmation des élections pour qu'on puisse respecter le délai», a martelé leur porte-parole. En d'autres termes, les inquiétudes du FCC sur un quelconque retard du prochain cycle électoral sont non-fondées. A qui la prochaine visite ?

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.