Madagascar: Commerce - Le marché artisanal du COUM à l'agonie

Ils sont près de mille-huit-cent marchands légaux, membres de l'Association des artisans à l'art Malagasy. Les commerçants du marché artisanal du COUM aux 67 ha, qui sont également des artisans se plaignent.

« Depuis six mois, les activités de commerce d'art malagasy ont été en suspens. Le confinement et les difficultés financières pèsent sur les commerçants. On ne sait plus comment faire », avoue Feno, délégué des commerçants.

Pour ces derniers, le temps de travail est très court. « Les commerçants, pour la plupart, habitent en périphérie. Avec la suspension des transports en commun, ils doivent mettre près de deux heures pour arriver sur le lieu de travail », enchaîne le délégué. Hormis le problème de déplacement vers le marché, les horaires de travail sont également remis en question.

« Avec la durée du déplacement vers la capitale, notamment pour ceux qui viennent des périphéries, les deux heures d'ouverture ne suffisent pas pour écouler toutes les marchandises non-vendues depuis le confinement. De plus, la plupart d'entre nous préfère fermer compte tenu du manque de clientèle et des nouveaux horaires », explique le représentant des marchands.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.