Madagascar: Opération « sosialim-bahoaka » - Les fonctionnaires mobilisés pour appuyer les fokontany

L'organisation de la répartition des vivres fournis par l'Etat pour les plus démunis dans le cadre de la crise sanitaire est améliorée. Les ministères vont se déployer pour prêter main forte à l'équipe très réduite des fokontany.

L'Etat est à la rescousse des fokontany pour désamorcer la grogne. Les responsables ont senti le roussi face aux vagues de mécontentements qui commencent à gagner du terrain au niveau des quartiers. Les ministres accompagnés par leurs collaborateurs vont être mobilisés sur terrain pour appuyer les fokontany dans la répartition des vivres destinés aux plus démunis, a décidé le conseil des ministres du mercredi 05 août dernier. Ces derniers seront ainsi au cœur du dispositif de la « nouvelle organisation opérationnelle » mise en place par les autorités pour assurer la fluidité du circuit de distribution des vivres, ont soutenu les membres du gouvernement qui ont convoqué la presse, hier.

Nouvelle liste. Cette fois-ci, une escouade de fonctionnaires va débarquer au niveau des fokontany pour appuyer leur personnel déjà en difficulté pour répartir les colis alimentaires fournis par l'Etat aux plus démunis pour atténuer l'impact de la crise au niveau des ménages. L'appui consiste à approcher chaque ménage chez lui pour éviter l'attroupement et assurer l'équité, ont soutenu les membres du gouvernement hier. Les collectes de noms se feront ainsi auprès des ménages directement pour identifier les bénéficiaires. A l'issue de cette opération mijotée par le gouvernement, une nouvelle liste pourrait apparaître dans les fokontany. En tout cas, la distribution attendra les résultats de cette nouvelle disposition et toute opération de répartition est suspendue.

Fiasco. L'Etat a déboursé 72 milliards ariary pour subvenir aux besoins alimentaires des plus démunis au niveau de 16 districts dans toute l'île et de la commune urbaine d'Antananarivo dans le cadre de cette opération « sosialim-bahoaka » promise par le président de la République pour soutenir les ménages précaires impactés par la crise sanitaire. La demande d'aides a explosé dans les quartiers mais la situation lors de la première semaine de distribution a été un fiasco dans la Capitale. Ceux qui n'ont pas eu leur part aux aides protestent et lèvent la voix pour dénoncer une « exclusion ».

Pari. Des attroupements apparaissent et font alors tapage dans plusieurs quartiers dans la ville et ses périphériques. Et la moindre étincelle pourrait être explosive. Aussi, le manque flagrant de personnel dans le fokontany atteint son paroxysme et les met en difficulté dans le contexte actuel. Dès lors, le pari de tout miser sur les fokontany s'avère alors très risqué pour le régime qui n'a eu de cesse à mettre la pression sur les épaules de leur chef. Alors que beaucoup de fokontany avouent être débordés pour gérer le flux d'aides avec un moyen du bord très limité. Des lacunes apparaissent alors au grand jour quant aux compétences de ces structures administratives.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.