Congo-Brazzaville: Musique - Caroff Debozart, entre ombres et lumières

Producteurs, managers, réalisateurs de clips vivent dans l'ombre des artistes. Egalement chroniqueur de musique, Caroff Bozaris Nguimbi, plus connu sous le nom de Caroff Debozzart, est l'un de ces travailleurs de l'ombre, accompagnant la carrière de Spirita Nanda, Team Brazza et Rudy Bourge.

Assisté de Nino Kali en second manager, Caroff Debozart se dit fier du parcours accompli depuis 2015 quant au développement de carrière de la chanteuse ponténégrine Spirita Nanda. Autour de celle que l'on surnomme « La Diva », c'est notamment un travail d'image auquel sont associés Kamina Pictures pour la vidéo et Jaddy Dacosta pour les photos, précise Caroff. Quant au look de l'artiste, il est confié à Adriana Talansi pour le stylisme et à Noëlla pour le Make Up. Chacun dans son rôle, c'est ainsi un véritable travail d'équipe qui accompagne Spirita Nanda. « Non, c'est plus qu'une équipe, c'est une famille ! Quand il n'y a pas d'événement rémunérateur, comme c'est le cas en cette période crise, on s'entraide financièrement. Chacun sait qu'il peut compter sur l'autre », tient-il à corriger.

C'est en 2016 que Caroff Debozart a créé son label de management d'artistes, y associant des activités parallèles comme la communication et l'organisation d'évènementiels. Trois années plus tard, il ajoute à sa panoplie celle de producteurs de concert. «Ma fierté est celle d'avoir collaboré, par exemple, avec Spirita pour venir en aide à l'orphelinat Mwana Villages. Mais je crois que le truc le plus fort a été la sortie de son album "Fuzion" et le concert qui s'en ait suivi au mess miss de Garnison en novembre dernier. Pour ce concert, qui regroupait de nombreux artistes réputés de Pointe- Noire et Brazzaville, nous n'avons eu aucun soutien, hormis celui de la société Cowbell. Cela a été presque un mois de travail pour organiser cet événement avec peu d'heures de sommeil. A la fin, c'était vraiment une belle réussite » se réjouit cet homme multitâches, qui a grandi à Dolisie après être né à Brazza en 1987.

Etre à l'écoute de l'artiste, travailler durement, ne pas jamais baisser les bras même quand la roue tourne dans le mauvais sens et savoir se construire un réseau relationnel, telle est la boîte à outils indispensable pour être, selon Caroff, un bon manager ! Il déplore qu'aujourd'hui nombreux sont ceux qui s'improvisent manager sans connaissance du métier, cherchant la lumière pour briller plus que l'artiste qu'il est censé manager. « Si ces apprentis managers nuisent à l'image que le public peut avoir du métier mais la principale difficulté reste surtout que la ville ne compte qu'à peine cinq festivals dans l'année. Les sociétés et entreprises de la place ne soutiennent pas l'organisation des concerts qui restent financièrement à notre charge. Lorsqu'il faut ajouter tous les frais de promo, on comprend vite que vivre ici de son art n'est pas une chose facile », se lamente-t-il. De son côté, avec sagesse, Caroff reste à l'écoute de ceux qu'il considère comme les grands de la profession, Bébert Etou, Christian Ingani, Charlemagne Mayassi ou encore Bakus pour exercer ce noble métier de serviteur.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.