Sénégal: Grève du sytjust et enlisement de la crise dans le secteur de la justice - Les «droits de l'hommistes» inquiets et exacerbés...

Les perturbations dans le secteur judiciaire, qui persistent avec les grèves du Syndicat des travailleurs de la justice (SYTJUST), inquiètent et exacerbent des défenseurs des droits humains et des centrales syndicales qui appellent au dialogue sincère.

La Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH), la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l'Homme (RADDHO) et Amnesty International Sénégal (AI Sénégal) sont préoccupé de la situation d'enlisement de la crise dans le secteur de la justice. Dans un communiqué de presse conjoint, Sadikh Niass de la RADDHO, Alassane Seck de la LSDH et Seydi Gassama d'AI Sénégal «constatent avec regret et inquiétude l'exacerbation de la crise dans le secteur judiciaire malgré les différents appels à l'ouverture de négociations réelles entre le Gouvernement et le Syndicat des travailleurs de la justice».

Et de relever : «nos organisations sont d'autant plus préoccupées que le Gouvernement du Sénégal semble s'inscrire dans une dynamique de pourrissement et une stratégie de substitution du personnel des greffiers par un personnel militaire et paramilitaire formé sur le tas en violation des principes gouvernant les statuts des juridictions de droit commun».

Pour les signataires, «l'enlisement de la crise avec comme corolaire la panoplie de pseudo solutions irréalistes mises en œuvre ne saurait perdurer sans entrainer une dislocation irrémédiable de la chaine judiciaire dont le greffe constitue le socle pyramidal». C'est pourquoi «nos organisations invitent de nouveau le Gouvernement à renouer sans délai le fil du dialogue avec les travailleurs de la justice afin qu'une solution heureuse puisse être trouvée dans le respect des acquis déjà actés et des concessions aux quelles ces derniers ne manqueront pas de consentir».

... L'UNSAS MENACE DE PARALYSER D'AUTRES SECTEURS

En attendant ces négociations sérieuses voulues, l'Union nationale des syndicats autonome du Sénégal (UNSAS) apporte son soutien au SYTJUST. Selon Emédia, en conférence de presse, hier jeudi, l'UNSAS s'est approprié la lutte du SYTJUST et décide de mettre en œuvre un plan d'action autour duquel elle va mobiliser les travailleurs de tous les autres secteurs. «Les droits acquis et matérialisés par des décrets dûment signés par le président de la République après de longues et sérieuses séances de négociation entre le gouvernement et le Sytjust doivent être absolument préservés», a déclaré Mademba Sock, secrétaire général de l'UNSAS, indiquant qu'ils resteront mobiliser aussi longtemps que l'Etat refuse d'appliquer lesdits décrets. Car, ajoute le syndicaliste : «Rien ne peut justifier le refus d'appliquer les décrets qui formalisent ces droits».

Toutefois, note Mademba Sock, l'Unsas réaffirme son attachement au dialogue social. Et, par conséquent, elle ne peut «accepter, surtout de la part de l'Etat, une violation expresse des principes qui soutiennent le dialogue et la négociation.

Le respect de la parole donnée relève de l'éthique et de la morale. Lorsque l'éthique et la morale désertent la conscience des acteurs du dialogue, la confiance s'effrite et les relations sociales se détériorent», a fait savoir Mademba Sock. Suffisant pour qu'il interpelle le chef de l'Etat sur sa responsabilité de garantir le fonctionnement correct du dialogue social, de veiller au respect des engagements souscrits et surtout de pacifier le champ social.

Le Président doit, à l'en croire, obliger son gouvernement à jouer franc jeu avec les partenaires sociaux. En grève depuis plus d'un mois, les travailleurs de la justice réclament la mise en œuvre du protocole d'accord du 17 octobre 2018, l'organisation des formations préalables au reclassement des travailleurs de la justice dans leurs nouveaux corps, entre autres revendications.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.