Sénégal: Dr souleymane Lo, sur les directives Macky Sall pour le respect des mesures barrières - «On ne fera que créer des tensions... que le gouvernement cherche à éviter»

Face au relâchement noté des Sénégalais dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, le chef de l'Etat a demandé, en Conseil des ministres du mercredi 05 août, «au ministre de l'Intérieur et au ministre des Forces Armées de déployer sur le terrain un dispositif spécial de régulation et de contrôle de l'accès aux plages et des rassemblements publics, sur l'étendue du territoire national».

Une mesure quasi impossible, selon le Docteur Souleymane Lo, sociologue, qui estime par ailleurs que «tous ceci ne peut plus servir à rien». Il était l'invité hier de Sud midi d'hier jeudi.

Pour dissuader les Sénégalais face au relâchement noté dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, le président de la République a donné ordre au ministre de l'Intérieur et celui des Forces Armées de faire observer et respecter aux Sénégalais les mesures barrières. «Le premier constat que je fais, c'est qu'on pourrait même remplir des pages entières avec l'exposé des thèses contradictoires et cocasses, qui forment en tout cas le fond des discours du gouvernement sur la gestion de la Covid-19. Il y'a autant de mesures qui ont été prises par le passé et jusqu'à présent aucune d'elles n'a été respectée. Et ce n'est pas aujourd'hui, non plus, en tout cas, que des directives venant du président de la République consisteraient à faire respecter les gestes barrières, les mesures barrières, que ce soit le port du masque, que ce soit également la distanciation physique, que ce soit les rassemblements à éviter pour freiner la propagation du virus», a lâché le sociologue Souleymane Lo.

M. Lo d'ajouter : «tous ceci, à mon avis, ne peut plus servir à rien. Pourquoi ? Parce que simplement les Sénégalais ont désenchanté, les Sénégalais n'ont plus confiance, les Sénégalais d'ailleurs répondent, de plus en plus, par le mépris aux règles qui sont édictées. Et, quelles que soient donc les mesures si coriaces qu'on peut prendre à l'encontre des contrevenants, les populations continueront à vaquer à leurs préoccupations sans pour autant écouter véritablement ce qui vient du gouvernement. Parce que le gouvernement a échoué lamentablement depuis le début jusqu'à présent, à mon avis. C'est trop tard de revenir en tout cas pour faire grand du comportement que le gouvernement lui-même n'adopte pas en termes d'exemple par rapport à ce qui se fait».

S'exprimant sur l'attitude que devait adopter le gouvernement dès le début de la pandémie, Dr Lo indique : «il faut que le gouvernement, commençant par le président de la République, apprenne à être l'exemple qu'il voudrait voir au niveau des autres Sénégalais. Les Sénégalais regardent l'élite, son comportement ; si le comportement est contradictoire par rapport au discours, automatiquement ça crée une fracture et celle-là continue à être observée au sein donc du comportement du gouvernement, des membres etc. Aujourd'hui, c'est quoi ? C'est que le président de la République, quand il se permet d'aller à des funérailles, souvent on montre donc sa famille qui assiste à des cérémonies familiales, finalement les gens disent nous aussi qu'on ne nous empêche pas de vaquer à nos préoccupations».

L'autre problème qu'a souligné Dr Souleymane Lo et qui comporte beaucoup de difficultés, c'est le port du masque qui, selon lui, «du point de vue du consommateur, du point de vue du ménage, du point de vue du Sénégalais lambda qui n'a pas les moyens de se procurer des masques quotidiennement convenablement comme il le faut, cela également est un problème. Et encore une fois l'Etat n'a pas donc les moyens de fournir l'ensemble de ces moyens aux populations pour qu'au quotidien chacun se réveillant quelque part dans un coin du pays puisse véritablement porter donc son masque. Donc tout ça demande des moyens et que l'Etat n'a absolument rien fait dans le cadre de mettre à la disposition des populations des masques à suffisance.

Maintenant on demande à chacun de s'en procurer d'accord mais également ce n'est pas quelque chose de facile et il faut l'accepter. Regarder dans le monde rural, quand vous y arrivez, vous ne verrez même pas des gens porter des masques, parce que non seulement ils n'ont pas les moyens mais aussi il y'a d'autres préoccupations qui sont telles que véritablement c'est impossible de vivre avec ça», explique-t-il. Suffisant pour qu'il en déduise : «on ne fera que créer des tensions et que ce sont ces tensions que le gouvernement cherche à éviter. Regardez ce qui se passe quelque part dans le pays où véritablement les gens parlent d'un évènement religieux, tout le monde va y aller. Malheureusement, quand on regarde, il n'y a aucune mesure, l'Etat est là, ne fait absolument rien».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.