Sénégal: Kaolack- Obsèquesdudefunt khalif de Médina Baye - Cheikh Ahmed Tidiane Niasse inhumé sous une forte mobilisation

Le défunt Khalife général de Médina Baye, Cheikh Ahmeth Tidiane Ibrahima Niasse, rappelé à Dieu dimanche dernier à Dakar, a été inhumé hier, jeudi 6 août, à Kaolack. C'est sous une très forte mobilisation que Papa Cheikh, comme l'appelait la plupart des personnes qui l'avaient connu, a été accompagné à sa dernière demeure au mausolée de Médina Baye où il repose désormais près de son père Maoulana Cheikh Al Islam El Hadji Ibrahima Niasse.

L e défunt Khalife de Médina Baye, Cheikh Ahmeth Tidiane Ibrahima Niasse, décédé dimanche dernier dans la capitale sénégalaise, a été inhumé hier, jeudi 6 août à Kaolack au milieu d'une foule venue nombreuse. C'était un peu après18h. Papa Cheikh, comme l'appelaitla plupart des personnes qui l'avaient connu, a rejoint le mausolée où repose son père Maoulana Cheikh Al Islam El Hadji Ibrahima Niasse, son 1er Khalife Seydina Alioune Cissé, Oustaz Ibrahima Barham Diop et certains de ses frères et sœurs qui l'ont devancé à la mort. Il faut cependant préciser que, depuis l'annonce de sa disparition, la cité religieuse de Médina Baye est prise d'assaut par des nombreux pèlerins et talibés qui ralliaient ce foyer par vagues.

Certains venaient de la plupart des régions du pays ou des localités de la circonscription régionale de Kaolack ou de pas étrangers ; d'autres ont parcouru des milliers et des milliers de kilomètres pour assister aux funérailles d'un homme de Dieu, d'un rassembleur, un intellectuel, mais surtout un bâtisseur reconnu par tous les proches ou membres de la communauté religieuse de Médina Baye. Ces personnes, dans leur écrasante majorité, venaient de la Mauritanie, du Mali, du Ghana, de Sierra Léone, du Nigéria, du Niger, d'Europe, des Etats-Unis, entre autres. Selon certaines sources proches de la famille, les délégations qui devaient venir du Nigéria n'ont pas pu regagner toutes le Sénégal.

A part celle de l'Emir de Kano (Nigéria), Sanusi, venu avec une forte délégation de 2000 personnes, les six (6) autres vols affrétés par un disciple nigérian, depuis lundi passé, ont été finalement retenus dans ce pays, nous renseigne-t-on, pour des raisons sécuritaires liées à la lutte contre le coronavirus. Jusqu'à 14h, hier jeudi, ces personnes étaient attendues à Médina Baye, mais n'ont pu y mettre Quelques instants avant de recevoir les messages du ministre envoyé spécial du président Mauritanien, de l'émissaire de la République d'Algérie et de l'Emir de Kano, Sanusi, le nouveau Khalife de Médina Baye a vivement remercié l'ensemble de ses hôtes du Sénégal, de l'Algérie, et de l'ensemble des pays du monde. Pour lui, ce genre d'évènement traduit les relations de bon voisinage entre les pays mais aussi la fraternité entre les personnes d'un même continent ou d'un même périmètre régional.

Cheikh Mahi Ibrahima Niasse estime, par contre, que ce qui rassemble aujourd'hui tout ce beau monde est la seule parole de Dieu. Mais également le personnage qu'on vient de perdre. Un illustre homme de Dieu. Un saint homme dévoué à son créateur, qui toute sa vie durant n'a agi que pour son Maître (SWT) et son Prophète (PSL). Cet homme qui a tout fait pour son peuple, et que toute la Ummah islamique vient de perdre, qui a eu droit des obsèques qui témoignent encore une fois de la grandeur de la famille de Baye Niasse, mais surtout la place qu'elle occupe dans la communauté islamique toute entière.

L'ancien responsable du mouvement de l'Union des jeunesses travaillistes libérales (Ujtl), section de Kaolack, devenu chef de la scolarité au Centre de formation judiciaire (CFJ) qui apportait son témoignage sur le défunt Khalife de Médina Baye, en marge de la cérémonie officielle, a ainsi soutenu que «Papa Cheikh était d'une générosité et d'une ouverture unique au monde. Je fais partie des personnes qu'il a éduquées de son vivant. Ce que l'on retient de lui est qu'il était un grand intellectuel. Il a plus aimé à éduquer les enfants sur la droiture, la croyance en soi, la discipline». A FALL pieds. Et ceci jusqu'à l'heure où l'on s'attelait à la prière mortuaire. A cette heure-là, personne n'avait vu l'ombre d'un seul passager de ces vols spéciaux. Toutefois, l'affluence dans le quartier religieux de Médina Baye était grande.

A l'image des grands évènements religieux, les rues et ruelles étaient bondées de monde, toute comme les concessions où l'on peinait à se frayer un passage ou trouver un cadre où se reposer. Mais, malgré cette forte mobilisation, la grande mosquée était restée fermée durant toute la journée, jusqu'au moment de la prière de «Asr» (17H) où une foule déchaînée est venue engager de force la ceinture policière qui se trouvait tout autour pour occuper l'espace central de ce périmètre. En ce moment là, le corps du regretté Papa Cheikh était déjà installé dans le mausolée où il devait être porté sous terre. Là, seuls les proches membres de la famille, les délégations marocaines, algériennes, mauritaniennes ou d'autres pays hôtes avaient droit à une place à côté d'un nombre réduit de journalistes et d'autres personnes ayant soigneusement infiltré le protocole.

Ainsi, pendant prés de deux tours d'horloge, les témoignages se poursuivaient et toutes les personnes qui se sont succédé au micro ont tenté de remonter tous les bienfaits de l'homme, mais ne sont parvenus à tout parcourir. Qu'ils soient compatriotes sénégalais ou étrangers, ces personnes peinaient à dire tout sur Papa Cheikh, mais arrivaient quand-même à décrire quelques facettes de la dimension de l'- homme, son œuvre intellectuelle, morale, sociale, humanitaire et infrastructurelle. Et ceci autant au Sénégal, en Afrique et un peu partout dans le monde entier.

Le nouveau Khalif Cheikh Mahi Ibrahima Niasse remercie toutes les personnes ayant fait le déplacement

Quelques instants avant de recevoir les messages du ministre envoyé spécial du président Mauritanien, de l'émissaire de la République d'Algérie et de l'Emir de Kano, Sanusi, le nouveau Khalife de Médina Baye a vivement remercié l'ensemble de ses hôtes du Sénégal, de l'Algérie, et de l'ensemble des pays du monde. Pour lui, ce genre d'évènement traduit les relations de bon voisinage entre les pays mais aussi la fraternité entre les personnes d'un même continent ou d'un même périmètre régional. Cheikh Mahi Ibrahima Niasse estime, par contre, que ce qui rassemble aujourd'hui tout ce beau monde est la seule parole de Dieu. Mais également le personnage qu'on vient de perdre. Un illustre homme de Dieu. Un saint homme dévoué à son créateur, qui toute sa vie durant n'a agi que pour son Maître (SWT) et son Prophète (PSL). Cet homme qui a tout fait pour son peuple, et que toute la Ummah islamique vient de perdre, qui a eu droit des obsèques qui témoignent encore une fois de la grandeur de la famille de Baye Niasse, mais surtout la place qu'elle occupe dans la communauté islamique toute entière.

MOUHAMEDNAZER CHEF DE LA SCOLARITE AUCENTRE DE FORMATIONJUDICIAIRE (CFJ) «Papa Cheikh était d'une générosité et d'une ouverture unique au monde»

L'ancien responsable du mouvement de l'Union des jeunesses travaillistes libérales (Ujtl), section de Kaolack, devenu chef de la scolarité au Centre de formation judiciaire (CFJ) qui apportait son témoignage sur le défunt Khalife de Médina Baye, en marge de la cérémonie officielle, a ainsi soutenu que «Papa Cheikh était d'une générosité et d'une ouverture unique au monde. Je fais partie des personnes qu'il a éduquées de son vivant. Ce que l'on retient de lui est qu'il était un grand intellectuel. Il a plus aimé à éduquer les enfants sur la droiture, la croyance en soi, la discipline».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.