Sénégal: Les jeunes reporters invités à porter le plaidoyer de l'avant-projet de loi relatif à l'accès à l'information

Dakar — Le coordonnateur du Forum civil, Birahim Seck, a invité vendredi les membres de la Convention des jeunes reporters du Sénégal (CJRS), à porter le plaidoyer de l'avant-projet de loi relatif à l'accès à l'information, élaboré par le Forum Civil, en collaboration avec d'autres acteurs.

"Nous avons tous besoin de la bonne information pour mettre en place la politique publique, mais aussi suivre et évaluer ces politiques publiques. Par conséquent, je vous invite à porter avec nous le plaidoyer de cet avant-projet de loi, élaboré et travaillé, il y a longtemps, par le Forum Civil et d'autres acteurs", a-t-il déclaré.

Birahim Seck s'exprimait lors d'un atelier de partage et de plaidoyer de l'avant-projet de loi relatif à l'accès à l'information, organisé par le Forum Civil et la CJRS.

Selon lui, "la meilleure manière pour les membres de la CJRS de rendre hommage à l'illustre Babacar Touré", le fondateur du groupe de presse Sud Communication, c'est d'"essayer, en tant que jeunes journalistes, de pérenniser les causes pour lesquelles il se battait", à savoir "une presse libre et crédible".

Du point de vue du Forum Civil, a-t-il indiqué , "la liberté ou la crédibilité de la presse commence d'abord par lui fournir une matière première", à savoir l'information.

Fort de ce constat, ll se dit d'avis qu'il est "impératif qu'on puisse enfin disposer aujourd'hui, au Sénégal, d'une loi sur l'accès à l'information, à l'instar des autres pays africains, comme la Côte d'Ivoire et le Ghana".

Pour ce faire, affirme Birahim Seck, "les acteurs de la presse, la société civile et d'autres organisations assimilées, doivent travailler main dans la main".

"Dans un contexte de transparence et de redevabilité, je crois qu'il est important pour nous journalistes de travailler sur ce texte de loi, d'autant plus que nous sommes dans une profession en perpétuelle mutation, avec une forte demande d'informations fiables", a déclaré le président de la CJRS, Ibrahima Baldé.

Selon lui, l'accès à l'information est un enjeu fondamental pour les journalistes, à qui incombe la charge de fournir la bonne information aux citoyens, conformément à la Constitution.

A l'en croire, "même si les journalistes travaillent aujourd'hui de façon globale, sans contraintes sur des sujets sensibles, il n'en demeure pas moins que l'investigation n'est pas ancrée dans nos rédactions, en raison notamment de l'accès difficile, voire impossible à certaines informations clés".

Pour le président de la CRJS, cette nouvelle loi en gestation permettra à terme aux journalistes, de disposer de "plus d'outils pour pouvoir faire convenablement leur travail".

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.