Sénégal: Non-application des gestes barrières - Ce que risquent les contrevenants

7 Août 2020

Au cours d'une conférence de presse tenue vendredi, le ministre de l'Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye a informé qu'il était désormais interdit, « pour un mois dans un premier temps », tout rassemblement, toute manifestation sur la voie publique.

L'obligation du port du masque dans les services de l'administration et du privé, dans les commerces et les transports est vigoureusement réitérée. Mais que risquent les contrevenants à ces mesures ?

Toute violation de ces dispositions exposent son auteur à des sanctions pénales pouvant aller de l'amende à l'emprisonnement, conformément aux dispositions du code des contraventions.

Ainsi, des instructions seront données pour faire payer aux contrevenants une somme forfaitaire entre les mains de l'agent verbalisateur, c'est-à-dire au bureau des contraventions des commissariats de Police, des brigades de Gendarmerie conformément aux prévisions de l'Article 517 du Code de procédure pénale.

Au cours de la conférence de presse, le ministre de l'Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye a lancé un appel pour l'arrêt de la stigmatisation et du déni. Cette maladie n'est pas une honte, a-t-il notamment dit.

Ce retour des interdictions pour lutter contre la Covid-19 intervient à la suite des instructions du président de la République, Macky Sall lors du Conseil des ministres du mercredi 5 août 2020 et à la réunion du Cng présidée par son excellence lui-même.

Il est donc interdit tout rassemblement au niveau des plages, des terrains de sport, des espaces publics et des salles de spectacles. Il est banni toute manifestation, sur la voie publique, spécialement dans la région de Dakar.

Il est recommandé le port obligatoire du masque dans les services de l'administration et du privé, dans les commerces, dans les transports.

Il est exigé le respect scrupuleux des arrêtés du ministre des transports relativement au nombre de places autorisées dans les transports en commun. La rédaction

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.