Congo-Kinshasa: Crime crapuleux ou xénophobe, la mort de deux frères trouble Matadi

En RDC, 17 suspects ont été déféré à Matadi, le chef-lieu du Kongo central, vendredi 7 août, dans le cadre d'une affaire qui suscite beaucoup d'émotion.

L'assassinat, à la fin de la semaine dernière, de deux artistes-musiciens, des frères jumeaux, à près de 25 kms de Matadi, suscite des questions. Pour certains, ils ont subi un sort funestel à cause de leur origine kasaïenne, pour d'autres, il s'agit d'un crime crapuleux commis par des délinquants.

Venus de Kinshasa où ils résidaient, Max Mbuyi Muamba et Perse Kabanga Nsenga, se sont retrouvés à Matadi au moment où était décrété l'état d'urgence sanitaire sur toute l'étendue du pays.

Artistes-musiciens, ils ont pensé un moment faire du commerce pendant cette période de fermeture des salles de spectacles et autres lieux de divertissement...

Un déplacement vers les villages de l'autre côté du pont Maréchal avec un taxi-moto pour chercher des sacs de braises à vendre...

Un voyage sans retour pour les deux frères dont les cadavres ont été retrouvés le lendemain dans une fosse aux environs de la cité de Kinzau Mvuete, à 24 kms de Matadi... Ils ont été battus à mort et leurs corps brûlés, affirment des témoins.

Les villageois pointent du doigt les très redoutés Bana Mura, une écurie de moto-taxi. La police a interpellé des suspects. Dix-sept membres du gang ont été amenés à Matadi, révèle une source proche du gouvernement provincial.

Pour l'ONG La Voix des Sans Voix, ces ignobles assassinats relèvent du non respect de la dignité humaine.

Dans les mois qui avaient précédé l'état d'urgence sanitaire, des actes de xénophobie avaient été dénoncés en plusieurs endroits de la province du Kongo Central. Des actes commis sur des ressortissants d'autres provinces du pays.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.