Congo-Brazzaville: Covid-19 - Des affirmations de certains religieux troublent l'opinion

Que l'on veuille ou non, la gestion nationale du coronavirus relève de la compétence de la coordination nationale de riposte et avec elle des comités des experts scientifiques composés des sommités psycho-socio-médicales. C'est cette coordination avec ses structures qui sont censées donner de vraies informations sur cette pandémie qui crée peur et/ou panique.

Ces informations données par cette coordination sont relayées par certains responsables d'églises avec une dose de mensonge du genre : « Cette pandémie est la punition divine parce que le monde entier devenait très sale , cette pandémie ne finira que par des prières, donc il est question d'augmenter à la fois le nombre de fidèles et aussi le nombre de cultes dans la semaine, les efforts des experts seraient une peine perdue si Dieu n'interviendrait pas , le nombre de guéris qui est communiqué à la population tous les deux jours est rendu possible que par la volonté divine », l'Afrique serait épargnée par cette pandémie ». Alors que l'Afrique continue de compter ses victimes.

Certains vont même plus loin : « Il y a probablement là la fin du monde qui s'annonce en citant certains versets et autres ». Cette façon de faire, ne nous voilons pas la face, est troublante.

Et l'on voit l'insistance avec laquelle certains hommes de Dieu réclamaient la réouverture des églises, on penserait que cela allait être un fort moment de contribuer énormément à la sensibilisation de la population à l'existence réelle de cette pandémie en appelant avec force des fidèles à l'observance stricte des mesures barrières édictées par les pouvoirs publics. Mais hélas ! sur le terrain, c'est une vraie cacophonie qui se passe.

Et si la vigilance n'est pas au rendez-vous sans plus tarder, il va sans dire que des informations grossières y compris le rejet des mesures barrières risqueraient de prendre le dessus sur des informations vraies dans ces milieux.

Le constat est que c'est le statu quo, c'est-à-dire les cultes sont plus basés sur des versets et autres psaumes qui alimentaient ces cultes avant cette pandémie, alors que les choses ont changé avec l'actuelle urgence sanitaire due à la covid-19.

Les dispositifs de lavement des mains n'ont existé dans certaines églises que pendant les deux premières semaines de leur réouverture. Et s'ils existent, c'est parfois de l'eau sans savon, pas de solution hydro-alcoolique ou bien des seaux vides qui ornent les entrées de ces églises.

La distanciation physique est totalement foulée aux pieds à l'entrée comme à l'intérieur des églises. Des saluts par des contacts physiques persistent. Quand un fidèle s'adresse à un autre fidèle, les bavettes sont descendues au niveau du cou.

Et comme on le voit, la réouverture des lieux de culte au lieu d'être des occasions permettant de répandre la « bonne information », c'est-à-dire la sensibilisation aux mesures barrières, elles se sont transformées en occasions « confuses » où la pandémie peut se transmettre facilement.

Que tout lieu de culte qui se reconnaisse dans ce tableau cesse d'agir ainsi, car le commun de mortel vous observe. A bon entendeur salut !

A La Une: Coronavirus

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.