Cote d'Ivoire: Présidentielle 2020/Code de bonne conduite - Un amendement pour combler les insuffisances

Le Code de bonne conduite 2015 «comporte des insuffisances», même s'il est bon dans l'ensemble. Car, de nature à promouvoir des élections apaisées et sans violence, a souligné Victor Nanklan Touré, président de la Coalition de la Société civile pour la Paix et le développement démocratique en Côte d'Ivoire (Cosopci) et coordonnateur de cet instrument qu'est le Code de bonne conduite.

Il l'a indiqué, hier au terme de deux jours de réflexion, à l'hôtel Tiama, pour adapter ce dispositif moral et éthique à l'exigence de la situation actuelle. «Ce code ne sanctionne pas, il n'est pas dissuasif», a-t-il ajouté pour montrer les limites de cet instrument qu'il estime donc « non contraignant».

En conséquence, le patron de la Cosopci assure qu'au cours des travaux en atelier, les acteurs politiques et ceux de la société civile ont travaillé pour amender, le code de bonne conduite 2015. Il a été question de trouver un terrain d'entente qui fasse en sorte que cet outil «soit un peu contraignant».

Pour lui un monitoring revisité dans ce sens peut dissuader ces partis politiques à poser des actes contraire à la paix. «Chaque parti ou acteur politique a peur d'être cité. Et donc aux yeux de la population, l'acteur cité, perd du crédit », a-t-il fait savoir.

Pour rappel, c'est le mardi dernier qu'a débuté l'atelier d'actualisation et d'adoption du Code de bonne conduite des partis politiques, groupements de partis politiques, des candidats et candidates aux élections en Côte d'Ivoire.

Les travaux ont abouti à une mouture du code qui sera adoptée bientôt. Ainsi qu'une déclaration des partis politiques appelant à l'union et à la paix.

«Au-delà de nos divergences, nous formons un seul peuple. Invitons nos militants à l'apaisement. Donnons-nous la main pour la paix en Côte d'Ivoire», a exhorté Touré Aboubacar du Rhdp.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.