Sénégal: Sédhiou - Relâchement progressif des mesures barrières contre la Covid-19

La région de Sédhiou ne compte plus de malade de Covid-19, si l'on en croit l'adjoint au gouverneur en charge des Affaires administratives. En Comité régional de développement (CRD) hier, vendredi 7 août, sur les préparatifs des examens scolaires, Maurice Latyr Dione en a profité pour exhorter les différents acteurs au respect des mesures barrières.

Dans certains endroits de la région, le sujet qui porte un masque est perçu comme porteur de la guigne, au motif que la maladie n'existe pas.

Par contre, et sous l'effet de la sensibilisation toujours en cours, le respect des gestes barrières reste de rigueur, notamment à Sédhiou ville et dans certaines grandes agglomérations.

Le constat est sans ambages, aussi bien dans la rue que dans certains lieux recevant du public, beaucoup de citoyens ne mettent plus de masques.

Ce relâchement a commencé depuis la réouverture de certains édifices comme les lieux de culte, les écoles, les gares routières, les marchés et les aires de jeux ainsi que la levée des restrictions de liberté comme l'état d'urgence.

Pour certains, cet assouplissement est comme la fin de l'épidémie à coronavirus, alors qu'elle affiche une progression inquiétante dans le pays.

Certes, et à ce jour, aucun cas n'est signalé dans la région de Sédhiou, même si dans la dernière décade du mois de juillet passé deux femmes de la région sont mortes des suites d'une infection à la Covid-19, selon le Comité régional de gestion des épidémies de Sédhiou.

Dans certains villages de la région, l'individu qui porte le masque apparaît comme porteur d'une guigne annonciatrice de malheur apparenté à la Covid19.

Amadou, un habitant d'un village de l'Est du département de Goudomp, et Ansou, un autre citoyen de l'Ouest de Sédhiou qui n'ont pas souhaité se faire reconnaitre, déclarent que «ce coronavirus est une maladie à controverse car les dirigeants qui nous recommandent des mesures barrières lèvent subitement des restrictions alors que la situation de départ qui l'a motivé était de plus en plus grave», disent-ils.

Le lavage systématique des mains qui était devenu un effet de mode devant chaque maison n'est plus de rigueur comme avant. Et S. Tamba, une demoiselle rencontrée à la gare routière se désole. «L'Etat laisse faire, sous la pression des religieux et autres acteurs.

Il doit prendre ses responsabilités face à cette situation, sinon, les gens comme moi finiront par ne pas y croire». Toutefois, dans la ville de Sédhiou, chef-lieu de région, nombreux sont encore ceux qui respectent les mesures barrières.

Dans les écoles, les différents acteurs du système veillent au grain et n'hésitent point à renvoyer les élèves qui prétendent avoir oublié leur masque à la maison.

Dans les marchés, par contre, le relâchement est perceptible chez beaucoup de citoyens. Sur le terrain, les agents de santé continuent la sensibilisation à travers les radios et parfois au moyen de leurs pick-up surmontés de haut-parleurs.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.