Congo-Kinshasa: Violations des droits de l'Homme - BCNUDH dresse un tableau sombre

Dans son rapport semestriel publié récemment, le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'Homme (BCNUDH) révèle que la RDC a enregistré quatre mille cas de violations des droits de l'Homme entre les mois de janvier et de juin 2020.

Au regard de ce rapport, on note une hausse de 35% par rapport au nombre des cas enregistrés par la RDC au premier semestre de l'année 2019. Les cas de violations des droits de l'Homme ont plus été commis dans l'est du pays. Les provinces les plus touchées sont l'Ituri, le Maniema, l'ex- grand Katanga et les trois Kasaï.

Le rapport du BCNUDH recense, par ailleurs, plus de mille trois cents exécutions sommaires au cours du semestre en cours. Ces exécutions sont, pour la plupart, attribués à l'activisme des groupes armés.

Pour le BCNUDH, les auteurs de ces barbaries sont principalement les assaillants armés de Djugu dans l'Ituri, le Nyatura, les FDLR, ainsi que le NDC rénové.

Ce rapport attribue en outre la hausse de cas d'exécutions sommaires aux groupes armés Maï-Maï et Mazembe, dans le Nord-Kivu, Raïra Mutomboki dans le Sud-Kivu, précisément dans les hauts plateaux de Fizi, Uvira et Muenga et à bien d'autres dans la province de Tanganyika.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.