Nigeria: Violences meurtrières dans l'État de Kaduna

communiqué de presse

La récente vague d'attaques meurtrières dans le sud de l'État de Kaduna au Nigeria était une nouvelle manifestation du cycle apparemment interminable de violences communautaires et d'impunité dans cet État. Selon les médias, des hommes armés ont tué au moins 43 personnes entre le 21 et 24 juillet dans le sud de cet État, où 178 personnes ont été tuées au cours des sept derniers mois.

Dans un premier temps, la police n'a pas fait de déclaration sur l'identité des tueurs ou sur leurs motivations. Le gouverneur de l'État a affirmé que ces récentes attaques avaient été menées par des bandits terrorisant les États situés dans le nord-ouest du Nigeria, mais certains témoignages relayés par les médias ont évoqué une milice ayant ciblé des communautés dans le sud du Kaduna selon des critères ethniques.

L'État de Kaduna est marqué par un clivage ethnique et religieux, le nord étant majoritairement musulman et habité par les communautés hausas et peules, tandis que le sud est majoritairement chrétien et habité par une trentaine de groupes ethniques.

En 2013, Human Rights Watch avait publié un rapport au sujet des violences sectaires et intercommunautaires ayant tué des milliers de personnes au Kaduna entre 1987 et 2013, et conclu que celles-ci avaient été aggravées par un cycle d'impunité qui perdurait.

La vague de meurtres dans l'État de Kaduna n'est pas inévitable. Pour y mettre fin, les autorités devraient mener des enquêtes pénales rigoureuses afin d'obtenir justice pour les victimes et de permettre aux familles de se voir attribuer des réparations. Les autorités devraient aussi renforcer la protection des habitants, tout en s'assurant que leurs propres forces ne commettent pas elles-mêmes des abus.

Plus de: HRW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.