Congo-Kinshasa: Fers au feu !

La journée de ce vendredi 7 août s'annonce très déterminante et agitée pour les pro-Kamerhe. Ça passe ou ça casse ! Au moins quatre fers sont mis dans ce feuilleton politico-judiciaire qui tient en haleine un grand nombre de Congolais aussi bien à l'intérieur du pays que dans la diaspora.

Le premier fer c'était au niveau de la Cour de Cassation où le leader de l'UNC avait introduit une demande de mise en liberté provisoire. Malheureusement, une fin de non recevoir a été réservé à Vital Kamerhe. Au fait, cette haute juridiction s'est déclarée incompétente pour l'examen de cette requête. Ce qui justifie ce énième rejet.

Le procès en appel s'ouvre aujourd'hui, mais, sans la présence des avocats français du «Pacificateur» dont Me Pierre Olivier Sur. Tout peut arriver. Les juges d'appel doivent agir en âme et conscience. C'est le deuxième fer au feu. Le réexamen du jugement rendu au niveau du Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe siégeant en audience foraine, peut déboucher à la diminution des peines, voire, à l'acquittement. Au pire, la condamnation à 20 ans des travaux forcés peut être confirmée à la Cour d'appel de Kinshasa/Gombe.

Le troisième fer c'est l'accentuation de la pression des militants et cadres du parti UNC cher à VK. Comme il y a plus d'une semaine, ils vont descendre massivement dans la rue en ce jour de l'ouverture du procès en appel pour exiger la libération de leur leader. Ces pro-Kamerhe sont convaincus du caractère politique de ces poursuites judiciaires. «Le dossier est vide», clameront-ils. Cadres, militants et partisans pensent que le président national de l'UNC et deuxième personnalité influente de la plateforme CACH ne doit pas servir de cobaye à l'expérimentation de l'Etat de droit.

Selon eux, aucun élément de preuve n'a étayé la culpabilité de VK dans cette affaire d'érection des maisons préfabriquées par la société Samibo de Jammal Samih qui a reconnu, pendant le procès en instance inférieure, avoir reçu seul les 57.600.000 USD du Gouvernement de la République. Alors pourquoi s'acharner sur Kamerhe ?

Enfin, le quatrième fer au feu c'est le «ballet diplomatique» observé à la Prison Centrale de Makala. Vital Kamerhe y a reçu, tour à tour, l'Abbé Donatien Nshole, SG et Porte-parole de la CENCO, le Professeur Néhémie Mwilanya, Coordonnateur du FCC et ancien Directeur de Cabinet de Joseph Kabila. Qu'est-ce qui se trame à Makala ? S'interroge l'opinion. Tout peut donc arriver.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.