Sénégal: Corruption présumée à l'IAAF / Papa Massata Diack - « La justice française a manqué d'impartialité »

9 Août 2020

Papa Massata Diack, fils de Lamine Diack, ancien président de l'IAAF poursuivi dans une affaire de corruption présumée était l'invité dimanche de l'émission Jury du dimanche sur Itv.

Questionné sur son refus de répondre à la convocation de la justice française, cette dernière « a manqué d'impartialité» pour Papa Massata Diack,.

Selon lui, le rapport déposé le 4 août 2015, par le président de la commission indépendante de l'AMA est non contradictoire.

«C'est un rapport qui a été fait dans le dessein simplement de noircir le bilan de Lamine Diack avant le Congrès de Pékin. Parce qu'il y a la présidence de l'IAAF qui devait être disputée le 18 août», a-t-il souligné.

Massata Diack relève également qu'il n'y avait aucune raison d'aller répondre : «les faits présumés ne se sont pas produits en France. On parle d'événements en Russie, à Monaco, au Qatar, au Sénégal, en Turquie, au Japon», détaille-t-il.

Et de se s'interroger : «en quoi la justice française est-elle compétente pour des faits présumés qui se sont passés hors de son territoire ? Il n'y avait aucune raison de comparaître vu les circonstances.»

Poursuivant son argumentaire sur son refus de déferrer à la convocation de la justice françaises, Diack fils pose une question rhétorique : «Vous pensez que si j'allais répondre à la justice française, ils allaient laisser Lamine Diack revenir au Sénégal ? Ce serait naïf de le croire ». Il note cependant avoir apporté un soutien à son père.

«Ce que j'ai fait pour mon père, ce que j'ai apporté comme soutien, je ne pense que mon père aurait pu le faire à ma place. Ses avocats ont pu avoir des informations cruciales sur ma version des faits.

On serait allés tous les deux en France, on nous aurait piégés. On lui aurait interdit de me parler. Avec quel moyen allait-il se défendre ?», s'interroge t-il.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.