Cote d'Ivoire: Pasteur Kaha - « Que la constitution le refuse, que le peuple ne le veut pas, ça, ce n'est pas mon problème »

Lors de son adresse à la nation le jeudi 6 août 2020, le président de la République, Alassane Ouattara s'est déclaré candidat à l'élection présidentielle d'octobre 2020. Joint le samedi 8 août 2020, l'homme de Dieu, Pasteur Kaha s'est réjoui, car il pense que cela est gage de développement du pays.

« C'est une bonne chose. C'est un citoyen ivoirien qui veut être candidat à l'élection présidentielle. Ces deux mandats qu'il a faits en tant que président, nous avons vu réellement ce qu'il a fait pour le pays. Ses réalisations prouvent qu'il aime encore la Côte d'Ivoire.

Alors, s'il veut encore un 3ème mandat, nous, en tant que guides religieux, prions le bon Dieu afin qu'il inspire le nouveau président, pour que le développement que le président Ouattara a fait, puisse prospérer et continuer.

Maintenant, si c'est Ouattara même qui est là, que Dieu veille que ça soit lui-même président encore, je crois que l'alliance qu'il a avec son créateur, il fera encore beaucoup pour le développement de la Côte d'Ivoire.

Donc, moi, en tant que Pasteur, citoyen ivoirien, je ne vois pas d'obstacles à ça. Que la constitution le refuse, que le peuple ne le veut pas, ça, ce n'est pas mon problème. Moi, je veux le développement de la Côte d'Ivoire.

Notre pays est trop en retard, mais si quelqu'un se donne à cœur, fait des réalisations en 10 ans, nous notre devoir, c'est de prier le bon Dieu afin qu'il lui inspire encore davantage, lui donne les moyens de ce qu'il veut réaliser pour la Côte d'Ivoire. Moi, personnellement, je ne crains pas une crise.

On n'a pas condamné la Côte d'Ivoire, mais plutôt des individus, parce qu'ils ont fait quelque chose. Aujourd'hui, le cas de Soro Guillaume, de mon cousin Laurent Gbagbo, pour nous, c'est de prier le bon Dieu. Ce sont des Ivoiriens. S'ils veulent retourner tranquillement dans leur pays, qu'ils viennent, pour face à la justice ivoirienne.

Dans la constitution, il y a des articles qui demandent au président d'amnistier des politiciens. Il peut le faire mais dans le cadre de la paix, de la stabilité et dans le cadre du développement de la Côte d'Ivoire, on ne peut pas amnistier quelqu'un, qui lui déjà, a des intentions pour détruire le pays. On ne peut pas vivre dans ça. 2010 nous a donné beaucoup de conseils.

Moi, je préfère que Ouattara soit candidat, que Bédié soit candidat, que Mabri soit candidat... . Tout le monde peut être candidat mais ceux qui sont condamnés selon la justice, qu'ils demandent à leurs avocats de venir affronter la justice ivoirienne.

C'est une justice neutre et qui peut bien faire. Et selon la volonté du président Ouattara, on peut les amnistier demain parce que ce sont des Ivoiriens. En 2025, on peut voir ce qu'on va faire pour le développement de la Côte d'Ivoire.

Mais, à deux mois, focalisons-nous sur l'élection présidentielle. Je demande pardon à tous les ivoiriens. Les cris, les marches, les protestations, qu'on laisse tomber tout ça. Laissons les urnes parler.

Laissons Dieu faire sa volonté. Laissons la Côte d'Ivoire grandir. Je suis pour le développement, la paix en Côte d'Ivoire. Pour le moment, Ouattara qui est candidat, je regarde le conseil constitutionnel. Lui seul peut valider ou non la candidature de Ouattara », a-t-il souligné .

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.