Congo-Kinshasa: De nouvelles redditions de rebelles à l'Est du pays

Dans la province du Nord-Kivu, plus de 30 éléments du groupe NDC-Rénové se sont rendus à l'armée congolaise. Désormais, il s'agit de les réintégrer,

Cette reddition intervient après la scission du NDC-Rénové, un groupe rebelle présent dans les territoires de Walikale et Masisi. La population demande pour sa part au gouvernement d'accélérer le processus de réinsertion et de démobilisation de ces combattants.

34 combattants au total se sont rendus à l'armée congolaise. Venus du village de Nyampanika, en territoire de Masisi, ces miliciens étaient accompagnés de leurs épouses et ont remis une dizaine d'armes aux militaires congolais.

Ces combattants ont déclaré n'avoir plus aucune raison de rester en brousse et disent préférer travailler aux côtés des FARDC pour la consolidation de la paix.

Un appel aux jeunes rebelles

Mastaki Ndime est l'un de ces ex-rebelles :

"Je vis en brousse depuis 2002 et je combattais aux côtés de mes compagnons d'armes du NDC Rénové. Mais aujourd'hui je me suis décidé à quitter la brousse parce que je ne vois aucune raison de nous entretuer. On sa alors décidé de travailler dans l'armée congolaise."

Ce combattant est aussi déçu par ce qu'il appelle le "manque de vision" de ses ex-leaders qui se sont séparés pour défendre leurs intérêts. Il lance un appel aux combattants restés en brousse :

"On ne comprenait pas vraiment la stratégie des chefs qui nous dirigeaient. Ils se sont séparés et je ne veux pas combattre mes ex-compagnons d'arme. Je lance un appel à tous les jeunes de bien vouloir déposer les armes pour qu'ensemble nous puissions assurer la sécurité de la population."

La difficile réintégration

Les habitants du territoire de Masisi, où les combats entre les deux factions du NDC-Rénové ont causé le déplacement des centaines de personnes, saluent la reddition de ces combattants.

Toutefois ils demandent au gouvernement de mieux les prendre en charge.

Kahangu Tobi est le président de la société civile en chefferie de Bashali en territoire de Masisi :

"La reddition est une bonne chose mais ce que la population demande au gouvernement c'est l'encadrement de ceux qui se rendent. Parce ceux qui se rendent ne sont pas bien traités, ils manquent même de nourriture. Cela ne motivera donc pas les autres combattants de quitter la brousse. La reddition c'est bien mais l'encadrement de ces combattants est nécessaire pour assurer la paix. "

Ces derniers jours, la réinsertion des ex-rebelles au Nord-Kivu est en effet devenue un casse-tête pour le gouvernement provincial. Plusieurs anciens combattants, une fois arrivés dans des camps de cantonnement, ont critiqué leur prise en charge.

Le gouverneur du Nord-Kivu a été convoqué par le vice Premier ministre et ministre de l'Intérieur pour voir comment améliorer le traitement des ex-combattants et accélérer leur réinsertion et leur démobilisation.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.