Ile Maurice: Marée noire à Maurice - Le pompage perturbé, forte émotion à Mahebourg

Pointe d'Esny. (Archive)

La météo complique l'exercice du pompage du fioul du Wakashio, dont le naufrage a déjà causé d'énormes dégâts dans les eaux et sur les plages mauriciennes. Et beaucoup d'émotion dans la population. Le navire de la société japonaise Nagashiki Shipping et battant pavillon panaméen, s'est échoué le 25 juillet sur un récif au sud-est de l'île. Mais ce n'est que depuis le jeudi 6 août, soit dix jours après, que des hydrocarbures ont commencé à s'échapper du navire.

La pollution aux hydrocarbures a provoqué une forte émotion chez les habitants des zones côtières du Sud-est, les premiers à avoir témoigné de l'apparition de ces tâches noires sur la mer qui les nourrit et les accompagne au quotidien. Daveena Bauluck, une habitante du village de Mahebourg, a craqué devant ce qu'elle a vu. « Le premier jour de mon arrivée ici, nous confie-t-elle, j'ai pleuré, je ne vais pas vous mentir, j'ai pleuré... Ça fait mal au cœur ! Nous sommes juste là, nous, à essayer de faire ce qu'on peut faire. »

Barrages de paille

Spontanément les habitants se sont mobilisés pour sauver le front de mer de Mahebourg, l'ancien port de Maurice et riche patrimoine sur plusieurs tableaux. « Le lagon de Mahebourg est reconnu internationalement, rappelle Daveena Bauluck. Nous avons des sites protégés : le port marin, l'Île aux Aigrettes... ça nous fait mal ! »

C'est en langue créole que Daveena Bauluck exprime la détresse des habitants. Des volontaires des quatre coins du pays affluent d'ailleurs au village pour fabriquer notamment des barrages de paille enveloppés dans des tuiles pour contenir et absorber la marée noire. D'autres utilisent des pompes et des seaux. Des moyens du bord en attendant mieux.

Lutte compliquée par les anticyclones

Le pompage a été stoppé ce dimanche soir pour 24 heures en raison d'un anticyclone, depuis que le Wakashio s'est échoué au sud-est de Maurice à Pointe d'Esny. Ce troisième anticyclone vient aggraver la situation : la mer est agitée ce lundi matin encore et gène le pompage.

Les opérations de pompage n'ont duré que 48 heures depuis que le Wakashio, navire long de 800 mètres a commencé à relâcher du fioul dans les eaux mauriciennes jeudi dernier. Cela fait donc quatre jours que les hydrocarbures se répandent dans la mer et on n'a aucune idée du volume écoulé. Seules estimations : les autorités ont affirmé ce dimanche avoir pompé du lagon déjà 118 tonnes d'huile lourde.

3 800 tonnes de fioul

Avec le vent relativement fort et les courants du Sud-Est après Pointe d'Esny, Mahebourg et Rivière des Créoles, de nouvelles localités, une vingtaine, commencent à subir cette pollution. L'enjeu pour Maurice en ce moment est de nettoyer les eaux et les rives et pour cela, toutes les ressources locales ont été mobilisées.

Le deuxième enjeu, c'est de pomper du navire le fioul qui reste dans les cuves (3800 tonnes) d'autant que le Premier ministre mauricien Pravind Jugnauth a souligné dimanche soir que le Wakashio pourrait se couper en deux.

L'aide des pays amis, et notamment de la France qui est proche géographiquement grâce à la Réunion, arrive depuis samedi.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.