Congo-Brazzaville: L'opposition rejette la proposition du vote par anticipation

Le gouvernement congolais a déposé ce week-end sur la table du Parlement, pour examen et adoption, un avant-projet de loi instituant une liste spéciale et le vote par anticipation des agents de la force publique lors de l'élection présidentielle de 2021. Une démarche rejetée par l'opposition qui craint une tricherie à grande échelle. Initiateur de la loi, le gouvernement assure que tout se passera dans la transparence.

Candidat malheureux à la dernière présidentielle de 2016, l'opposant Guy-Brice Parfait Kolélas, leader de l'Union des démocrates humanistes (UDH-Yuki) a dénoncé avec énergie cet avant-projet de loi.

« Si nous acceptons, aujourd'hui, l'établissement d'une liste d'enrôlement spéciale des agents de la force publique et admettons en même temps le vote par anticipation des militaires, gendarmes et policiers sous prétexte de leur laisser une marge pour mieux sécuriser les élections le jour du scrutin, nous validerons alors la fraude par le double vote et le bourrage d'urnes, au profit du candidat du PCT », a-t-il déclaré.

L'opposant se dit inquiet parce que, pour lui, les effectifs de la force publique sont loin d'être maîtrisés. Il demande aux parlementaires de rejeter la proposition du gouvernement.

Répondant à Guy-Brice Parfait Kolélas, une source gouvernementale a déclaré que : « le vote par anticipation des agents de la force publique est un vote comme tout autre. Sous d'autres cieux ce vote existe déjà. Le jour J le vote se déroulera en présence des représentants ou délégués des différents candidats sous la supervision des responsables de l'administration électorale ».

« Les bureaux ne seront pas tenus par des chefs militaires. Il n'y aura ni tricherie ni bourrage d'urnes ; car un vote -anticipé ou pas- c'est toujours un électeur, une voix », insiste cette source.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.