Congo-Kinshasa: Kamerhe - La cause en Appel renvoyée au 21 août prochain

Une deuxième de la sorte qui n'a duré à peine que quelques minutes avant d'être levée. Oui, l'audience du vendredi 7 août à la prison centrale de Makala a bel et bien eu lieu. La Cour d'appel de Kinshasa/Gombe siégeant en chambre foraine, chargée d'examiner en profondeur le jugement prononcé par la première instance, a renvoyé la cause au 21 août prochain, afin de régulariser la saisine pour le compte de la République, partie plaignante.

La première audience, aussi courte que celle-ci, devant cette même Cour avait été renvoyée pour la même raison. En effet, la République démocratique du Congo, partie accusatrice dans le procès 100 jours, n'est toujours pas notifiée de la saisine. De l'autre côté, l'infatigable directeur de cabinet empêché de Félix Tshisekedi avait saisi la cour de cassation, qui s'était déclinée face au recours en appel introduit par ses avocats contre le verdict rendu par la Cour d'appel concernant sa demande de mise en liberté provisoire, par une requête tendant à prendre à partie les trois juges du tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe ayant officié son affaire et prononcé sa condamnation à 20 ans des travaux forcés.

Pendant ce temps-là, les cadres et militants de l'Union pour la Nation Congolaise (UNC), parti cher à celui qui porte toujours le titre de Directeur de cabinet du Chef de l'Etat, ont défié l'autorité provinciale de Kinshasa qui n'avait pas pris acte de la marche pacifique qui a été organisée le même vendredi pour exiger l'acquittement de leur leader. Au cours de cette marche, la présence dans la rue de la famille restreinte de Vital Kamerhe, ses enfants ont brillé par leur participation.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.