Congo-Kinshasa: [Traçabilité de 100 millions USD présumés détournés] DGI - Les quittances font foi, les avis de crédit existent à la BCC

"La justice élève une nation", disent les saintes écritures. Celle du Congo-Kinshasa est en passe de retrouver ses lettres de noblesse. En tout cas, plus personne ne l'empêche de fouiner son nez dans certains dossiers, soient-ils du passé.

Heureusement que pour certains dignes fils du pays qui ont rendu des beaux et services à la Nation et qui ne se reprochent de rien, ils ne peuvent s'inquiéter outre mesure si jamais ils sont invités par la justice pour apporter de la lumière dans certaines zones d'ombre. C'est le cas de Dieudonné Lokadi, ancien Directeur général de la Direction Générale des Impôts, DGI. Ce compatriote qui a réalisé des prouesses dans cette régie financière lorsqu'il était aux commandes, a été invité au Parquet de la Police Judiciaire dans une affaire de USD 100 millions versés au titre d'Impôt sur le bénéfice payé en 2015 par un opérateur minier, Mutanda Mining pour ne pas le citer.

De la Genèse

Nous sommes en 2015, l'Etat congolais a besoin des moyens importants pour faire face à certaines dépenses de souveraineté, principalement la préparation des élections de 2016 qui, finalement, ont été organisées en 2018 sur fonds propre. Seulement voilà, il fallait attendre, dans le cadre de recouvrement des recettes, par tranches pour les grandes entreprises contribuables, les mois d'avril, juillet et novembre.

Plus que déterminé à ne compter que sur soi, le Gouvernement va engager des pourparlers avec une compagnie pour un paiement anticipatif. Compromis trouvé, l'entreprise, un opérateur minier, Mutanda Mining, reçoit un avis de crédit de la Banque Centrale du Congo de USD 100 millions dont 20 millions payés sur ses comptes en RDC tandis que 80 millions de ses comptes à l'étranger. Et, l'opération se déroulement normalement, en toute transparence.

Sur demande de l'Exécutif national et en fonctions des besoins, le paiement est effectué en dollars américains exceptionnellement. A ce jour, la traçabilité de cette opération ne fait l'ombre d'aucun doute dans les comptes de la Banque Centrale du Congo qui, en son temps, avait dûment émis un avis de crédit. Il restait pour clôturer l'opération, que la Banque Centrale du Congo puisse comptabiliser la contrevaleur et enregistrer dans le compte du trésor sur la Direction Générale des Impôts, DGI.

Aux dernières nouvelles, apprend-on, après croisement de toutes les sources, il s'avère que cette somme versée au titre d'avance sur impôt sur le bénéfice payé par Mutanda mining en 2015 a été versée dans le compte du Trésor et les imputations ont été régulièrement effectuées dans les règles de l'art au niveau de la DGI. A la BCC, les avis de crédit existent. Côté DGI, les quittances en faveur du contribuable Mutanda Mining font foi. La question à se poser, à quoi rime tout ça ? Si ce n'est que pour rétablir la vérité, alors la vérité est là.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.