Madagascar: Anosizato Est - Un nouveau-né retrouvé dans un lieu d'aisances

Découverte macabre. Le corps sans vie d'un nouveau né, de sexe masculin, a été retrouvé dans un trou d'aisances qui venait d'être vidé, hier vers 9 heures, dans le secteur 3 du fokontany Anosizato Est. Un des occupants d'un logement bien clôturé a été le premier à l'avoir remarqué. Il a prévenu ses voisins, puis les responsables du quartier.

Sitôt informée, la brigade criminelle a envoyé sur place des hommes avec le service anti-gang (SAG). L'équipe du bureau municipal d'hygiène (BMH) a dressé les constatations. À première vue, la langue de la victime était détendue. Ce qui a poussé l'entourage à croire immédiatement qu'elle avait été étranglée. La dépouille a été ramenée à la surface, enveloppée dans un tissu par les soins du BMH, selon les témoignages glanés.

D'après les riverains, le bébé était né mercredi. Personne n'a toutefois aucune idée de ce qui s'est passé. Le triste événement d'hier a laissé les locataires pantois.

Fausse couche

Interrogé sur les lieux par le comité du fokontany, la mère de l'enfant a expliqué qu'elle était très fatiguée mardi. C'est, selon elle, la raison pour laquelle elle a fait une fausse couche le lendemain. Elle était à son septième mois de grossesse. Le fœtus aurait été son second enfant.

Âgé de 23 ans, la jeune femme n'avait rien dit à personne de ce qui lui était arrivé. Elle n'est pas allée voir un médecin. Elle n'a pas non plus demandé aux autres de l'aider à l'accompagner jusqu'à la maternité pour tenter de sauver la vie du bébé.

« Elle n'est pas mariée. Elle vit avec sa mère. Elle est parfaitement normale, ne souffrant d'aucun trouble du psychisme. Elle a sa carte d'identité nationale », a expliqué un responsable au fokontany.

« Ce serait pour s'épargner la honte dans la société qu'elle a décidé de mettre fin aux jours de son fils en le jetant dans les cabinets », suppose une voisine très émue après ce qui s'est produit.

L'enquête a été transférée par le service central des affaires criminelles aux enquêteurs du commissariat de Mahamasina. Elle déterminera les véritables circonstances ayant causé la mort du bébé. La police devra ensuite mettre la jeune femme à la disposition de la justice.

Des actes de cette nature et l'abandon d'enfant sont fréquents ces derniers mois dans la capitale, surtout dans les zones administratives du quatrième arrondissement.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.